La Bourse de Paris poursuit sa baisse en attendant une enfilade de données

La Bourse de Paris prolongeait son repli mardi 11 octobre dans un contexte réclamant la prudence avant des données cruciales sur l'inflation aux États-Unis et le coup d'envoi de la saison des résultats plus tard dans la semaine.

>> La Bourse de Paris stable avant l'emploi américain

>> La Bourse de Paris en recul de 0,98%

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice CAC 40 reculait de 0,33% à 5.821,58 points à 10h14 après quatre séances de baisse consécutives et un mois de septembre désolant.

"Les marchés sont de plus en plus pessimistes et, avec quelques données importantes en provenance des États-Unis cette semaine, sans oublier le début de la saison des résultats, avec notamment JP Morgan, les investisseurs devraient probablement se préparer à une plus grande volatilité", estime Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Les investisseurs attendent surtout jeudi l'indice des prix à la consommation américaine, une donnée déterminante dans le cycle de remontée des taux de la banque centrale américaine (Fed) et par là même dans l'orientation des marchés financiers.

Au Royaume-Uni, le chômage a connu une nouvelle baisse à 3,5% pour les trois mois achevés fin août, après 3,6% annoncés un mois plus tôt, et reste à son plus bas niveau en près de 50 ans.

"L'étroitesse du marché du travail britannique complique la tâche de la Banque d'Angleterre", observe M. Oanda, ajoutant que "les marchés s'attendent à au moins 1% de hausse des taux en novembre, peut-être plus".

La Banque d'Angleterre a annoncé mardi 11 octobre élargir ses rachats de dette britannique aux "bons indexés", en raison des "dysfonctionnements" persistant sur les marchés, qui avaient été plongés dans la tourmente par la présentation d'un vaste paquet de mesures budgétaires du gouvernement de Liz Truss.

L'intervention de la banque centrale pour calmer le marché des bons du trésor, qui risquait une crise de liquidité et menaçait de se propager aux conditions de crédit pour les ménages et les entreprises, court, comme précédemment annoncé.

Pression sur la tech et l'énergie

Le secteur technologique était mal orienté sur fond de nouvelles mesures prises par Washington pour restreindre encore davantage l'accès de la Chine aux technologies américaines dans les semi-conducteurs. Capgemini reculait de 1,20%, Worldline de 1,86% et Dassault Systèmes de 0,37% vers 10h00.

Côté énergie, le gouvernement a appelé mardi 11 octobre à la levée "sans délai" des blocages des dépôts de carburants, en menaçant d'"intervenir" pour les débloquer, a déclaré sur RTL son porte-parole Olivier Véran.

La grève se poursuivait chez TotalEnergies (-1,67% à 50,64 euros) tandis que la CGT et FO ont reconduit mardi 11 octobre la grève qui touche les deux raffineries françaises du groupe Esso-ExxonMobil, malgré la signature d'un accord majoritaire sur les salaires par d'autres syndicats, qu'elles ont pour leur part rejeté, a indiqué la CGT.

Résultats positifs chez Sanofi

L'action géant pharmaceutique français montait de 1,32% à 81,14 euros après l'annonce de "résultats positifs" d’un essai clinique de phase 3 pour son traitement phare Dupixent chez les enfants de moins de 12 ans souffrant d'oesophagite à éosinophiles, une maladie inflammatoire de l'oesophage.

AFP/VNA/CVN

back to top