L1 : l'OM distance Nice, Saint-Étienne y croit, Bordeaux lanterne rouge

Marseille a renforcé sa deuxième place à Metz (2-1) dimanche 13 février, exploitant le faux-pas de Nice, troisième menacé par Strasbourg (1-0 à Angers), dans une Ligue 1 à laquelle s'accroche Saint-Étienne et où Bordeaux, nouvelle lanterne rouge, ne s'en sort pas.

>>L1 : l'entraîneur de Bordeaux, Vladimir Petkovic, mis à pied

>>L1 : Paris reprend confiance à Lille, Nice surpris, Petkovic en sursis

>>L1 : Monaco écœure l'OL, Saint-Étienne reste en vie

Cédric Bakambu ouvre le score pour Marseille contre Metz au stade Saint-Symphorien, le 13 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'OM distance Nice

Quatre jours après l'élimination en Coupe de France à Nice, l'OM s'est remis dans le sens de la marche avec un déplacement victorieux au stade Saint-Symphorien. À 14 journées de la fin du Championnat, les partenaires de Dimitri Payet comptent quatre points d'avance sur les Aiglons niçois, battus 2-0 samedi 12 février à Lyon.

Les Lyonnais, septièmes à égalité de points avec Monaco et Rennes, ont continué de peser ce week-end dans la lutte pour le podium. Le 1er février, ils avaient déjà infligé à l'OM sa seule défaite en championnat (2-1) sur les deux derniers mois écoulés. Face à Metz, 19e et premier relégable, les Marseillais ont peiné pour s'imposer. Cédric Bakambu (26e) et Arkadiusz Milik (82e), qui l'a remplacé en seconde période, ont fait la différence.

Le recrutement cet hiver de l'attaquant congolais, arrivé libre, ressemble pour l'heure à une bonne pioche avec déjà 2 buts en 3 matches de Ligue 1. Quant au Polonais, il a porté son total à 4 buts en 2 matches, après son triplé le week-end passé contre Angers.

Strasbourg accélère

Dans la course à l'Europe, Nice a laissé des plumes ce week-end. Dans leur rétroviseur, les Azuréens voient Strasbourg revenir à un petit point après sa victoire 1-0 à Angers. Face au SCO, l'équipe de Julien Stéphan s'en est sorti avec une superbe reprise de volée signée Kevin Gameiro, le cinquième but en quatre matches de championnat consécutifs pour l'ancien attaquant du PSG ou encore Valence. "C'est une victoire du collectif, de l'intelligence défensive, de la sérénité", a salué l'entraîneur des Alsaciens.

Son ancien club, Rennes, se trouve quatre points derrière, en compagnie de Lyon et Monaco. Les Monégasques ont gâché une munition à Louis-II dimanche face à Lorient (0-0), un visiteur pourtant arrivé en Principauté avec, dans ses bagages, un solde négatif de sept défaites consécutives à l'extérieur en Championnat.

Le capitaine de l'AS Monaco, Wissam Ben Yedder, à la lutte avec le défenseur lorientais Léo Pétrot à Louis II, le 13 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Le classement ? C'est toujours pareil ! On doit rester concentré sur nous mêmes. Et faire à chaque fois le maximum pour gagner", a commenté l'entraîneur belge Philippe Clement, nommé début janvier. Son homologue breton Christophe Pélissier avait le sourire : "On est lancé dans notre opération maintien".

Saint-Étienne, la vie en vert

Le maintien redevient aussi un rêve atteignable pour Saint-Étienne, renversant à Clermont (2-1) et crédité de trois succès consécutifs. Les Verts, menés 1-0 à la pause, sortent de la zone rouge en grimpant à la 18e place, celle de barragiste, avec 21 points, soit un de plus que Metz (19e, 20 pts) et que Bordeaux (20e, 20 pts), encore battu dimanche 13 février.

Ils n'avaient plus quitté les deux dernières places de Ligue 1 depuis la défaite 2-0 subie à Montpellier, le 12 septembre 2021, lors de la 5e journée. "Mon équipe ne connaît pas le renoncement. Les joueurs se sont admirablement comportés et notamment à la fin alors que nous n'avions pas la maîtrise en seconde période. Il faut encore rester vigilant avec quatorze matches à joue", a relevé Pascal Dupraz, arrivé dans le Forez en décembre après la mise à l'écart de Claude Puel.

Le bonheur des Stéphanois fait le malheur des Bordelais, battus 3-2 dimanche à Lens après une entame de match catastrophique, où ils ont encaissé trois buts en moins de trente minutes. Il s'agit de la quatrième défaite en cinq matches de Ligue 1 disputés en 2022 pour les Girondins, sans entraîneur depuis la mise à pied de Vladimir Petkovic, remplacé dimanche par l'intérimaire Jaroslav Plasil, ancien milieu et capitaine de l'équipe.

Le carton du dimanche a été administré par Brest contre Troyes (5-1), le seizième. L'attaquant uruguayen Martin Satriano, prêté cet hiver par l'Inter Milan, s'est offert un doublé en première période, avant que Franck Honorat ne l'imite en seconde.

Dimanche après-midi 13 février, Nantes a empoché une courte victoire 1-0 contre Reims, réduit à dix dès le premier quart d'heure. Les Canaris sont neuvièmes, à égalité de points avec le 10e Lille et avec une unité de moins que Lens, huitième.


AFP/VNA/CVN

back to top