JO-2020 : le Hongrois Kristof Milak écrase le 200m papillon

Le Hongrois Kristof Milak a écrasé la finale du 200m papillon pour décrocher à 21 ans le premier titre olympique de sa carrière, tout en battant le record olympique de Michael Phelps, mercredi 28 juillet à Tokyo.

>>JO-2020 : Clarisse Agbégnénou enfin championne olympique de judo !

>>JO-2020 : les regrets de Cysique, le soulagement de Brunet

Le jeune Hongrois Kristof Milak vainqueur du 200m papillon à Tokyo, le 28 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Champion du monde en titre et recordman du monde, Milak a nagé en 1 min 51 sec 25 pour devancer le Japonais Tomoru Honda (1:53.73) et l'Italien Federico Burdisso (1:54.45).

Le sacre de Milak était attendu depuis qu'il s'était révélé lors des Mondiaux-2019 de Gwangju (République de Corée) en battant le record du monde de Michael Phelps (1:50.73), à seulement 19 ans.

Le record olympique de la légende américaine datait des Jeux de Pékin en 2008 (1:52.03).

Milak était entré doucement dans sa compétition lundi soir 26 juillet (1:53.58), mais il avait assommé les demi-finales le lendemain (1:52.22) sans donner l'impression de forcer, reléguant à près de trois secondes le Brésilien Leonardo de Deus (1:54.97) et le Sud-Africain Chad Le Clos (1:55.06).

Le Clos, champion olympique sur la distance à Londres en 2012, a longtemps tenu le coup mercredi avant d'exploser dans les derniers 50m pour terminer seulement 5e (1:54.93).

Loin derrière Milak, les jeunes Tomoru Honda et Federico Burdisso, 19 ans tous les deux, ont aussi décroché la première médaille olympique de leur carrière.

Milak s'était signalé au monde en 2017 déjà, le nageur de Budapest avait alors ravi l'argent mondial du 100 m papillon derrière la star américaine du sprint Caeleb Dressel, qu'il affrontera sur cette distance à partir de jeudi soir 29 juillet.

Si le COVID-19 a perturbé son année 2020, le Hongrois a rebondi en 2021 en s'adjugeant les titres européens du 200m (1:51.10) comme du 100m papillon (50.18), où il s'est rapproché du record du monde établi par Caeleb Dressel lors des Mondiaux-2019 de Gwangju (49.50).


AFP/VNA/CVN

back to top