Irlande : dix morts lors d'une explosion dans une station-service

"Choquant et tragique" : le Premier ministre irlandais a appelé samedi 8 octobre à faire toute la lumière sur l'explosion d'une station-service qui a fait dix morts dont trois enfants la veille dans un petit village du Nord-Ouest.

>> En Irlande du Nord, un centenaire sur fond de violences

>> Irlande du Nord : Londres appelle l'UE au "calme" face à la menace d'un conflit commercial

Les secouristes sur les lieux d'une explosion meurtrière dans une station-service à Creeslough, Nord-Ouest de l'Irlande, le 8 octobre. 
Photo : AFP/VNA/CVN

L'explosion s'est produite vendredi 7 octobre vers 15h20 (14h20 GMT) dans le village de Creeslough. "Elle a fait dix victimes", a déclaré un responsable de la police lors d'une conférence de presse. Il s'agit de quatre hommes, trois femmes, deux adolescents (un garçon et une fille) et d'une fillette, en âge d'aller à l'école primaire, a-t-il détaillé.

"Les informations dont nous disposons à l'heure actuelle font état d'un accident tragique", a-t-il encore dit, semblant écarter la piste d'un acte volontaire. Mais la police garde "l'esprit ouvert".

"On ne s'attend pas à ce qu'il y ait d'autres victimes", a ajouté ce responsable. Il n'y a pas d'information sur des personnes portées disparues.

Une photographie aérienne prise après la déflagration montre la station-service détruite et deux immeubles résidentiels de deux étages effondrés.

"C'était comme une bombe", a déclaré à la BBC un riverain, Kieran Gallagher, dont la maison se trouve à environ 150 mètres et chez lui quand il a entendu une explosion.

Les services de secours, accompagnés de chiens renifleurs pour retrouver des victimes, ont oeuvré tout au long de la nuit.

"Jour très sombre"

Les décombres continuaient d'être ramassés samedi matin 8 octobre tandis qu'une messe a été célébrée dans l'église du village anéanti par "un tsunami de chagrin", a dit le prêtre John Joe Duffy.

"C'est un jour très sombre pour Donegal (le comté où se situe Creeslough, ndlr) et pour l'Irlande", un "événement vraiment choquant et tragique", a déploré le Premier ministre irlandais Michael Martin venu sur place dans l'après-midi.

"La dimension et l'énormité de ce qui s'est passé, dans une si petite commune, signifie que presque tout le monde connaît quelqu'un qui a perdu la vie", a-t-il relevé.

Le village de Creelough, qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l'Irlande du Nord, compte environ 400 habitants.

"Nous devons faire toute la lumière sur tout ça", a-t-il ajouté, tout remerciant les secouristes. "Il y a un nombre de morts et de blessés que nous ne voulons plus voir se produire quand les gens vaquent à leur quotidien".

La police, les pompiers, les services d'ambulance et les garde-côtes irlandais ont été épaulés par le service d'ambulance aérienne d'Irlande du Nord ainsi qu'une équipe de spécialistes de la province britannique samedi 8 octobre.

L'hôpital universitaire de Letterkenny, situé à 24 kilomètres de la station-service, a été placé en situation d'urgence et a indiqué dans un communiqué qu'il s'occupait de "blessures multiples".

Les lieux de l'explosion à Creeslough, dans le Nord-Ouest de l'Irlande, le 8 octobre. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Le ministre de l'Agriculture, Charlie McConalogue, qui est un élu au parlement irlandais de la région frappée par l'explosion, a comparé les scènes de dévastation à celles du conflit nord-irlandais dans la seconde moitié du XXe siècle.

"Les scènes de l'événement rappellent les images des +Troubles+ il y a des années, au niveau des dégâts et des débris".

Pendant trois décennies, le conflit nord-irlandais a opposé nationalistes, principalement catholiques, favorables à la réunification de l'île d'Irlande, et loyalistes, essentiellement protestants, attachés au maintien de la province sous la couronne britannique. Ce conflit avait fait environ 3.500 morts.

"Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux amis des personnes décédées, à celles qui ont été blessées et à l'ensemble de la communauté de Creeslough", a tweeté l'entreprise Applegreen, à laquelle appartient la station-service frappée par l'explosion et qui s'est dit "bouleversée".

AFP/VNA/CVN

back to top