Hô Chi Minh-Ville fait face au risque épidémique malgré la pénurie de vaccins

La rupture d'approvisionnement de deux vaccins du Programme national élargi de Vaccination, le vaccin contre la rougeole (administré à 9 mois) et le vaccin DTC (vaccin diphtérie, coqueluche, tétanos) pourrait entraîner un risque d'épidémie de rougeole en plus des maladies existantes telles que la dengue et le COVID-19.

>> Injections de rappel nécessaires pour prévenir l'infection au COVID-19

>> Programme élargi de vaccination : quatre vaccins supplémentaires 

Pénurie de vaccin pour la mise en œuvre du Programme national élargi de vaccination.

Selon le Service de la santé de Hô Chi Minh-Ville, la demande mensuelle de la ville en vaccin contre la rougeole et en vaccin DTC est de plus de 8.000 doses de chaque vaccin. Cependant, l'approvisionnement de ces deux vaccins du Programme national élargi de vaccination est actuellement interrompu. Bien que le secteur de la santé ait envoyé des dépêches officielles trois fois (en juin, août et septembre 2022) pour demander au ministère de la Santé d'allouer ces vaccins en temps opportun, jusqu'à ce jour, la ville n'a pas reçu de source d’approvisionnement supplémentaire de vaccin.

Selon les exigences du Programme national élargi de vaccination, la couverture vaccinale contre la rougeole doit être d'au moins 95% chez les enfants de moins d'un an afin de contrôler l'épidémie de rougeole. En fait, une fois tous les quatre ans car les épidémies de rougeole se produisent par cycles (en 2013-2014 puis en 2018-2019). Après deux ans de pandémie de COVID-19, le taux de vaccination contre la rougeole à Hô Chi Minh-Ville a été très faible. Plus précisément, en août 2022, le taux d'enfants nés en 2020 ayant reçu la deuxième dose de rappel contre la rougeole (à l'âge de 18 mois) n'était que de 75,3% (19,7% en deçà de l'objectif de 95%), tandis que pour les enfants nés en 2019, le taux de double vaccinés contre la rougeole a atteint 83,6% (11,4% en deçà de l'objectif de 95%).

De plus, par le passé, le taux de vaccination contre la rougeole avec la 1ère dose pour les enfants nés en 2021 n'avait pas été atteint en raison de l'interruption de la source de vaccin contre la rougeole, et n'atteignant que 79,9%. Ainsi, en plus du cycle habituel de 4 ans, au cours des 3 dernières années (de 2019 à 2021), le pourcentage d'enfants vaccinés contre la rougeole n'a pas été atteint en raison de l'impact de la pandémie de COVID-19 associée à l'interruption de l'approvisionnement en vaccins. Cela peut entraîner un risque élevé d’épidémie de rougeole.

Face à l'interruption momentanée des vaccins contre la rougeole et la DTC, le Service municipal de la santé a enjoint les services et les postes de santé communaux à prendre un certain nombre de mesures, notament la vaccination dès que le vaccin de Programme national est reçu. Si les parents sont trop inquiets et souhaitent que leurs enfants soient vaccinés à temps, les parents sont conseillés d'emmener leurs enfants aux centres de vaccination. Pour les enfants âgés de 12 mois et plus qui n'ont pas été vaccinés contre la rougeole, le poste de santé peut prescrire la vaccination ROR (rougeole - prévention de la rubéole) dans le Programme élargi de vaccination.

Parallèlement à la vaccination, le Service municipal de la santé recommande à toutes les personnes de prendre l'initiative de prendre des mesures générales de prévention des maladies infectieuses telles que : se laver régulièrement les mains, surtout avant d'être en contact avec des enfants, porter activement un masque en cas de symptômes respiratoires, nettoyer les surfaces de contact et surtout garder sa maison propre.

Texte et Photo : Quang Châu/CVN