24/06/2019 23:44
Collectivement "en colère" contre la réforme de l'assurance chômage, les syndicats refusent pour autant de s'unir pour peser face à l'exécutif, même si, bousculés par le mouvement des "gilets jaunes", certains appellent à une stratégie unitaire.
>>France/Assurance chômage: réforme au printemps, les cadres dans le viseur
>>France: échec des négociations sur la réforme de l'assurance chômage

Des drapeaux syndicaux sont accrochés aux grilles de la préfecture d'Ajaccio le 9 mai, lors d'une manifestation contre la réforme de la fonction publique.
Photo: AFP/VNA/CVN

Dès l'annonce, le 19 juin, de la réforme qui durcit notamment les règles d'indemnisation des chômeurs et pourrait impacter 600.000 à 700.000 personnes, Yves Veyrier, numéro un de FO, a plaidé pour "une réaction coordonnée" entre les cinq confédérations nationales, puisqu'on est tous les cinq en colère.

Il a appelé à "une action qui ne soit pas simplement pour le symbole". Mais, le secrétaire général de la troisième confédération française n'a pas été entendu.

Mardi 25 juin, la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, l'Unsa et l'organisation de jeunesse Fage se rassembleront devant le ministère du Travail. Seront présents Laurent Berger (CFDT), Philippe Louis (CFTC), François Hommeril (CFE-CGC) et Laurent Escure (Unsa).

Mais pas Philippe Martinez, de la CGT. Son organisation appelle mercredi 26 juin à un rassemblement devant le siège de l'Unédic et à des actions un peu partout en France, notamment devant les agences Pôle emploi. Une date fixée de longue date.

"Nous avons proposé à la CFDT de manifester avec nous. Ils n'ont pas voulu. Nous le regrettons", a dit Catherine Perret, dirigeante de la confédération. Elle assure que la CFDT, elle, ne les a pas invités au rassemblement de mardi 25 juin.

Force ouvrière ne participera à aucun des rassemblements, pas plus que Solidaires. "Sur l'assurance chômage, il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette entre la CGT et la CFDT. Mais ça donne deux rassemblements", se désole Eric Beynel, porte-parole de Solidaires.

"On aurait pu s'unir", reconnaît Philippe Louis, le président de la CFTC. Les syndicats sont particulièrement critiques du durcissement de quatre à six mois de travail pour l'ouverture des droits.

Rejoignant la CGT, il considère que cette réforme va à l'encontre du discours tenu à Genève par le président Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'Organisation internationale du travail, le 11 juin.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La deuxième édition du tournoi amical de football Vietnam - France avec succès

Les entreprises œuvrent pour le développement durable du tourisme Selon l’Administration nationale du tourisme du Vietnam, au cours de ces deux dernières décennies, un développement impressionnant du secteur touristique national a été constaté.