Fête de la bonne santé des Ê dê

La fête de la bonne santé est un rite cultuel important dans la vie de la minorité ethnique Ê dê. Elle permet de témoigner du respect et de la piété des enfants envers leurs grands-parents et parents. Ces derniers peuvent également organiser cette cérémonie pour souhaiter santé, chance et succès à leurs enfants.

>>La fête de descente aux champs des Khmers

>>Fête de Chol Chnam Thmay des Khmers

>>La fête Soma Kocham des Bahnar

Pour préparer cette fête, les membres de la famille se rassemblent pour déterminer une date propice et préparer la viande de porc ou de poulet, le ruou cân (alcool de riz à siroter avec une paille de bambou) afin d’accueillir le chaman et leurs proches. La personne en charge de la cérémonie porte des costumes traditionnels et se place à côté de la cây nêu (perche rituelle) et des offrandes, dont le ruou cân.

Pendant la cérémonie principale, le chaman invite les dieux et ancêtres dans ses prières pour attirer la bonne santé, avant de ceindre le poignet du propriétaire du "bracelet de cuivre". Ensuite, les femmes, les hommes et les enfants poursuivent les célébrations en portant eux aussi le bracelet de la santé et en buvant du ruou cân.

Auparavant, cette cérémonie se déroulait sur trois jours. Désormais, pour des raisons économiques, elle ne dure que le temps d’une journée mais témoigne toujours de la beauté de la culture traditionnelle de cette ethnie minoritaire.

Texte et photos: Pham Cuong/DTMN/CVN

Préparation de la cérémonie et de ses rituels.
Le chaman réalise un rite cultuel pour inviter les dieux et ancêtres.
Après la cérémonie, le chaman pose le ''bracelet de cuivre'' au poignet du propriétaire.
Le rite du ''bracelet de cuivre'' vise à apporter la santé.
Les invités sirotent du ruou cân pour partager la joie avec le propriétaire.
back to top