De lutteuse prometteuse à “diamant brut” du canoëing

Seulement quatre ans après ses débuts en canoëing, Nguyên Thi Huong est devenue la canoéiste la plus titrée du Vietnam aux SEA Games 31, en remportant cinq médailles d’or.

>> Hai Phong prête à accueillir des sportifs participant aux SEA Games 31

>> Les sportifs vietnamiens d’aviron et de canoëing se préparent aux SEA Games 31

La canoéiste Nguyên Thi Huong célèbre sa victoire aux SEA Games 31, disputés en mai dernier au Vietnam.
Photo : VNA/CVN

Née en 2001 dans une famille d’agriculteurs du district de Sông Lô, province de Vinh Phuc (Nord), Nguyên Thi Huong a montré son talent dans quelques disciplines dès son plus jeune âge.

À 14 ans, elle a remporté une médaille d’or aux Jeux sportifs provinciaux en poussage de cannes, un sport méconnu aux allures de tir à la corde inversé. Les recruteurs de lutte croyaient avoir trouvé un prodige avec des bras solides et une forme physique incroyable.

Surmontant les difficultés d’une discipline stricte, du mal du pays et de douleurs après chaque entraînement, Huong était l’une des sportives les plus prometteuses de sa province. Cependant, son monde s’est effondré lorsqu’elle a été informée que l’équipe de lutte devrait se dissoudre.

“J’ai été choquée. Après un an de larmes et de sang avec la lutte, je n’avais plus rien”, a-t-elle raconté. Son rêve d’être une lutteuse célèbre a été emporté et elle ne savait pas quoi faire.

Nguyên Thi Huong (gauche), détentrice de cinq médailles d’or aux SEA Games 31.
Photo : VNA/CVN

L’entraîneur Nguyên Viêt Phuong a pris une bonne décision lorsqu’il a appelé Huong pour pratiquer un nouveau sport, du moins localement, le canoëing. Il a convaincu Huong que sa capacité sportive rare l’aiderait à réussir.

“J’ai accepté de passer au canoëing mais j’étais nerveuse parce que je ne savais rien de ce sport”, a-t-elle partagé.

En rejoignant la nouvelle équipe, Huong a dû surpasser de nombreux défis. Sa stature - petite taille et bras - était un point négatif en canoë, et elle ne savait même pas nager, une exigence pour tout canoéiste. Mais son esprit de fer et sa détermination ont balayé les freins. Elle ne s’est donc pas découragée et a travaillé deux fois plus que ses coéquipières.

Partie de zéro, Huong (gauche) est devenue le héros de la sélection nationale de canoë-kayak.
Photo : VNA/CVN

“Je ne sais pas combien de litres d’eau j’ai bu pour apprendre à nager et à gérer le canoëing. Je ne sais pas combien de temps j’ai passé à pratiquer une technique difficile. Étant un membre tardif de l’équipe, j’ai pratiqué deux fois plus chaque jour, afin que je puisse rattraper mes coéquipiers”, s’est-elle souvenue.

En deux ans, la fille qui ne savait pas pagayer a surpris ses entraîneurs par sa forte progression, de plus en plus notable.

“Elle maîtrisait la technique de base du canoëing et apprenait des compétences avancées pour pousser son canoë à aller plus vite. Elle ne mesure que 1,51 m, mais sa vitesse est remarquable”, a estimé le coach de la sélection nationale et l’entraîneur en chef de l’équipe de Vinh Phuc, Luu Van Hoàn.

Sous sa tutelle, l’ancienne lutteuse est devenue un phénomène lors des tournois nationaux. En plus d’y dominer, elle a réalisé des chronos proches des temps des médailles d’or.

Rien ne pouvait l’empêcher de rejoindre la sélection nationale en 2019, l’année où elle a remporté sa première médaille d’or internationale au Championnat de canoë-kayak junior d’Asie du Sud-Est.

Nguyên Thi Huong (1re à gauche) en finale du 500 m par équipe de canoëing aux SEA Games 31.
Photo : VNA/CVN

Lors des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31) disputés en mai dernier au Vietnam, Huong est l’un des plus grands espoirs de son équipe. Mais aucun de ses entraîneurs ne s’attendait à quelque chose d’aussi sensationnel que ce qui s’est passé.

Huong a participé à cinq épreuves et remporté tous les titres : 200 m, 500 m et 1.000 m en individuel, et 500 m et 1.000 m par équipe de quatuors.

Artisan du succès du canoëing vietnamien

“Je suis ravie de décrocher cinq médailles d’or. Parmi elles, la plus mémorable a été l’épreuve 1.000 m. J’ai dépassé de puissants rivaux pour gagner avec un temps de 5 min 0,752 seconde”, a déclaré Huong.

“Se tenir sur la plus haute marche du podium et regarder le drapeau national flotter haut était tellement émouvant. Je connaissais mon équipe et je savais que nous ferions mieux que l’objectif de deux médailles d’or fixé avant les jeux”, a-t-elle ajouté.

Et elle avait raison. Les titres de l’équipe étaient bien plus nombreux que prévu. Alors que pour l’édition 2019 organisée aux Philippines, le Vietnam n’avait remporté que deux médailles d’or en canoëing.

“Son esprit insouciant et sa concentration sur la victoire l’ont aidée à ramer rapidement jusqu’à l’arrivée. Elle a remarquablement dominé toutes les catégories dès le début et a gagné avec brio”, a souligné le coach Luu Van Hoàn. Et de continuer : “Nous pensons que ses résultats auraient été encore plus beaux si elle avait affronté des rivaux plus forts”.

Avec cinq médailles d’or, Huong est désormais la canoéiste le plus titré de l’histoire du pays dans l’histoire des SEA Games et est l’une des artisans du succès de son équipe qui s’est classée en tête du classement final par nations avec ses huit médailles d’or.

Huong était l’une des quatre athlètes à avoir reçu l’honorable Ordre du Travail de deuxième classe du président de la République, Nguyên Xuân Phúc.

“Son parcours vers le succès prouve son talent. Elle a un réel potentiel et se développera bien à l’avenir”, a jugé Ngô Ich Quân, directeur du Département des sports de haut niveau 2, relevant du Département général de l’éducation physique et des sports. Selon lui, Huong a été ajoutée à la liste des sportifs cibles, c’est-à-dire bénéficiant d’importants investissement des instances sportives nationales en vue des compétitions internationales, notamment celles disputés en Asie du Sud-Est et en Asie, ainsi que des Jeux olympiques.

Phuong Nga/CVN

back to top