01/10/2021 17:21
Jupes pour tous : le styliste belge Raf Simons a intégré jeudi 30 septembre la semaine du prêt-à-porter féminin à Paris avec une collection mixte et non genrée, une vision de la mode défendue par de plus en plus de créateurs.
>>Retour de Saint Laurent et sa séduction subversive à la Fashion week parisienne
>>Ludique, graphique et colorée : Dior change de ligne pour vous faire du bien
>>Mode à Milan : Gucci dévoile l'énigme "Vault"
>>Fashion week à Paris : la mode renoue avec le spectacle

Défilé Raf Simons à Paris, le 30 septembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Tailleurs-jupes noirs structurés, robes amples, chemises à rayures aux manches trop longues, blousons oversize : le créateur, qui a récemment rejoint Miuccia Prada à la tête de la maison italienne, a présenté sa propre marque, dans un défilé au Palais Brongniart, l'ancienne Bourse de Paris.

Chaussées d'escarpins ou de chaussures plates à lacets portées sur des chaussettes montantes, les mannequins ont foulé les galeries extérieures du palais dont les colonnes soulignaient la dimension architecturale des tenues minimalistes. Pour une touche punk, des bracelets en forme d'os de la main accessoirisaient les looks.

Après avoir présenté par le passé à Paris des collections homme, Raf Simons est le nouveau entrant au calendrier de la Fashion week femme parisienne.

Mercredi soir 29 septembre, le directeur artistique de Balmain, Olivier Rousteing, a fait porter aux hommes des drapés, imprimés à petits pois ou décolleté plongeant, presque les mêmes qu'aux femmes, pour un spectacle à la Seine musicale à Boulogne-Billancourt qui a vu défiler certaines stars des podiums des années 90: Naomi Campbell, Carla Bruni...

Défilé Raf Simons à Paris, le 30 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN
"Il y a des progrès à faire" sur la question de genre, a déclaré le designer de 36 ans à Libération mercredi 29 septembre, avant le défilé pour marquer ses 10 ans à la tête de Balmain, auquel ont assisté Neymar et ses coéquipiers du PSG.

"Nouvelle génération"

"On dit que c’est cool de mettre des fringues de l’homme sur la femme, de lui apporter de la masculinité. Mais pas l’inverse", dit-il, en ajoutant que "la nouvelle génération n’est pas celle d’il y a cinquante ans".

"Il y aura toujours des hommes +antiques+, dans le cliché de la virilité, l’autorité, mais il y a aussi beaucoup d’hommes qui ont envie d’en sortir. Je le vois dans l’évolution des achats dans mon business, complètement différents d’il y a dix ans", assure le styliste aux 6,9 millions d'abonnés sur Instagram.

"Je suis vraiment dans le mouvement non binaire, gender fluid, parce que moi-même, à ma petite échelle, j’ai envie de pouvoir porter du maquillage et de me sentir à l’aise avec ça. Je veux pouvoir porter des choses très moulantes ou très décolletées sans me sentir caricaturé, déguisé ou risquer d’être insulté", souligne Olivier Rousteing.

La marque française Koché et l'application de rencontres Tinder ont pour leur part dévoilé, en marge de la Fashion week, une collaboration marquée par le mélange des genres.

La pièce emblématique était une robe T-shirt brodée de perles aux couleurs de l’application et habillée de plumes d’autruches.

Selon une récente étude menée par Yougov pour Tinder, un tiers des 18-25 ans ont affirmé que leur mode de vie ne correspondait pas toujours aux normes de genre en place dans la société et 34% ont déclaré que la "fluidité" définissait aussi bien leur identité.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Hô Chi Minh-Ville promeut ses atouts touristiques sur les plateformes en ligne Le 17e Festival du tourisme de Hô Chi Minh-Ville se déroule du 4 au 25 décembre avec de nombreuses activités organisées à la fois en présentiel et en ligne.