19/09/2020 15:35
Les États-Unis auront produit suffisamment de doses de vaccins contre le COVID-19 pour tous les Américains d'ici avril 2021, a annoncé vendredi 18 septembre le président Donald Trump, alors qu'en Europe plusieurs pays ont durci leurs mesures sanitaires pour enrayer une nouvelle vague de la pandémie.
>>Sous les attaques de Biden, Trump promet un vaccin dès octobre
>>États-Unis : un vaccin contre le COVID-19 pourrait être prêt dans un mois

Des passagers patientent à l'aéroport de Guatemala City, le 18 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous aurons assez de vaccins pour tous les Américains d'ici avril", a déclaré Donald Trump, dont c'est l'un des arguments de campagne pour l'élection présidentielle du 3 novembre face au démocrate Joe Biden. Selon lui, deux essais cliniques américains avancent bien et pourraient donner des résultats dès octobre, auquel cas des doses commenceraient immédiatement à être distribuées à des populations prioritaires.

Mais cet optimisme affiché fait craindre des pressions politiques pour bâcler le processus scientifique de validation de l'efficacité et de la sécurité des vaccins expérimentaux. Selon un sondage Pew, la moitié des Américains refuseraient d'être vaccinés si un vaccin était disponible aujourd'hui, le double par rapport à mai.

L'épidémie n'est jamais retombée à une faible incidence aux États-Unis, où la vie quotidienne continue d'être perturbée d'une côte à l'autre, avec bars fermés ou entreprises en télétravail forcé.

Au Canada, le gouvernement du Québec a annoncé une "opération massive (et) visible" avec le déploiement de policiers dans les bars et restaurants afin de veiller au respect des mesures anti-coronavirus. Le refus de port du masque est en outre passible de lourdes amendes.

De son côté l'Argentine a prolongé les restrictions imposées pour faire face à la pandémie. Ses frontières restent closes.

"Drapeau rouge"

Une femme brandit une pancarte invitant à respecter la distanciation sociale à Mexico City, le 18 septembre 2020.
Photo : AFP/VNA/CVN

En Europe, l'épidémie repart et force les pouvoirs publics à imposer des mesures non vues depuis le printemps.

En Espagne, la région de Madrid a imposé des restrictions draconiennes. Quelque 858.000 personnes, soit 13% de la population de la capitale, habitant dans les quartiers sud défavorisés, ne peuvent sortir de leur quartier que pour des raisons de première nécessité comme aller travailler, aller chez le médecin ou amener leurs enfants à l'école.

Ils peuvent, en revanche, se déplacer librement au sein de ce quartier. "Il faut éviter l'état d'alerte" imposé au printemps ainsi que "le confinement et le désastre économique", a insisté la présidente de la région, Isabel Diaz Ayuso.

Israël s'est reconfiné vendredi 18 septembre pour trois semaines, au premier jour de la saison des fêtes juives de Rosh Hashana (Nouvel an, célébré ce weekend), Yom Kippour (jour du pardon) et Souccot (fêtes des cabanes).

"Le système de santé a levé le drapeau rouge", a déclaré le Premier ministre, Benjamin Netanyahu.

La mesure est davantage contestée que lors de la première vague au printemps. "Le confinement est injustifié", a lancé Tamir Hefetz, organisateur d'une manifestation qui a rassemblé 400 personnes à Tel Aviv jeudi soir. "Il nuit à la population et à l'économie, engendre du chômage et des suicides".

Pays de neuf millions d'habitants, Israël a enregistré 1.163 décès dus au coronavirus. Entre jeudi soir et vendredi midi, 5.238 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés, un record.

Plus de 30 millions de cas de COVID-19, dont plus de 946.000 décès, ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé vendredi 18 septembre par l’AFP.

Avec 198.469 décès, les États-Unis sont de loin le pays le plus endeuillé, devant le Brésil (135.793 morts) et l'Inde (84.372 morts). Ces trois pays regroupent plus de la moitié des malades comptabilisés dans le monde. 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Tourisme post-COVID-19 : Dà Nang lorgne le marché singapourien Une conférence en ligne présentant l'offre touristique de Dà Nang sur le marché de Singapour a été organisée lundi 19 octobre par le Service du tourisme de Dà Nang et le Bureau commercial du Vietnam à Singapour.