Coupe de France : Monaco, Nice et Clermont passent à la trappe

Monaco, Nice et Clermont, trois formations de Ligue 1, ont été éliminées d'entrée en 32e de finale de la Coupe de France par des équipes de rang inférieur, samedi 7 janvier.

>> Coupe de France : Amine Gouiri envoie Nice au Stade de France

>> Coupe de France : la belle soirée de Nantes

Les joueurs de Rodez exultent à l'issue des tirs au but face à Monaco, en Coupe de France, le 7 janvier au stade Louis-II.
Photo : AFP/VNA/CVN

La plus grosse sensation est venue d'Alsace où les amateurs de l'Olympique Strasbourg, pensionnaires de Régional 1, l'équivalent de la 6e division, se sont débarrassés de Clermont, 9e de L1, devant 3.000 spectateurs massés dans le petit stade Emile-Stahl (0-0, 4 tab à 3).

Nice, finaliste de la dernière édition, a lui été vaincu 1-0 au Puy, 16e et relégable en National. Surpris dès la 3e minute par un but inscrit par Mohamed Ben Fredj, les Aiglons ne sont pas parvenus à refaire leur maigre retard. Déjà à la peine en championnat (11e), les troupes de Lucien Favre s'enfoncent un peu plus.

Autre victime de poids : Monaco. 5e de L1, l'ASM a été incapable de dominer Rodez (L2) après avoir mené 2-0 et s'est fait surprendre aux tirs au but (2-2, 5 tab à 4). De quoi faire sortir de ses gonds l'entraîneur Philippe Clement.

"C'est inacceptable c'est clair. Je suis énervé. À 2-0, tu dois mieux gérer le match", a-t-il pesté.

La joie des joueurs du Puy, tombeurs de Nice, finaliste de la Coupe de France 2022, le 7 janvier au Puy-en-Velay.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les autres clubs de l'élite se sont mieux débrouillés. L'OM s'est fait quelques frayeurs à Hyères, surtout après l'exclusion à la 15e minute du défenseur ivoirien Eric Bailly, coupable d'une énorme faute sur la poitrine d'Almike Moussa N'Diaye. Le milieu de terrain de Hyères a été ensuite transporté à l'Hôpital Nord de Marseille où il a été admis en service de réanimation, "par précaution", selon le président du club varois Mourad Boudjellal. Marseille a fini par l'emporter 2-0 à 10 contre 11.

Lyon, en grande difficulté en championnat (8e), n'a pas brillé mais a tout de même écarté Metz (L2) 2-1, tout comme Lens, dauphin du PSG en L1 qui a attendu la 72e minute avant de faire céder Linas-Montlhéry (No3) 2-0.

Rennes n'a pas non plus forcé son talent avec un succès 2-1 à Bordeaux (L2), réduit à dix en seconde période.

Enfin, le tenant du titre nantais n'a pas tremblé face à Vire (No3), battu 2-0, mais a perdu son défenseur Nicolas Pallois, victime d'une entorse du genou, pour "quelques semaines, voire plus", selon l'entraîneur Antoine Kombouaré.

AFP/VNA/CVN

back to top