19/07/2019 16:07
De l'or au bout d'un effort hors norme: Axel Reymond a conservé l'or mondial du 25 km en eau libre après quasiment cinq heures de course dans des conditions apocalyptiques, mêlant vagues, vent et pluie, vendredi 19 juillet à Yeosu, en Corée du Sud.
>>La France seulement 6e du relais mixte en eau libre, l'Allemagne sacrée
>>Mondiaux de natation: du baume au cœur après la plaie olympique pour Muller
>>Natation Eau libre: Muller, de Rio à Tokyo, la malédiction olympique

Le Français Axel Reymond bras levés sur le podium après avoir remporté le 25 km en eau libre aux Mondiaux de natation, le 19 juillet à Yeosu en Corée du Sud. Photo: AFP/VNA/CVN

"Je n'ai jamais vu ça!", s'exclame Reymond à peine sorti de l'eau, et désormais double champion d'Europe (2014 et 2016) et du monde, à 25 ans. "On a essayé de partir avec Marco (Marc-Antoine Olivier, qui a abandonné au 15e km, ndlr) mais ça ne marchait pas. Il y avait trop de vagues, on avait du mal à rester sur une trajectoire fixe, du coup on zigzaguait et ceux de derrière nous rattrapaient, décrit-il. Franchement, c'est la première fois que je vois un truc pareil mais j'adore, c'est que du bonheur!"

Comme si presque cinq heures de nage ne suffisaient pas, c'est au sprint que Reymond s'est imposé, en 4h 51 min 06 sec 02/10e, départagé à la photo-finish avec le Russe Kirill Belyaev, deuxième pour trois dixièmes (4h51:06.05). L'Italien Alessio Occhipinti complète le podium. "C'était un sprint de 800 m, ça s'est joué à rien. Dans le chenal, je n'y croyais même plus, je me suis dit que le titre, ça allait être vraiment dur, mais que la médaille était là. Je n'ai plus respiré. J'ai tourné les bras. J'ai fait une touche mais je ne sais même pas comment j'ai fait", raconte-t-il.

Cinq médailles

"C'est improbable, magique ! La tête, elle ne réfléchit plus, ce sont les bras qui tournent. C'est vraiment celui qui a un meilleur mental qui gagne", enchaîne celui qui s'entraîne en région parisienne sous la houlette de Magali Mérino.

Le Français Axel Reymond (droite) à la lutte avec le Russe, Kirill Belyaev, lors du 25 km en eau libre aux Mondiaux de natation, le 19 juillet à Yeosu.
Photo: AFP/VNA/CVN

Reymond remonté sur le ponton, est arrivé le tour de Lara Grangeon (27 ans), qualifiée pour les JO-2020 après sa quatrième place sur 10 km dimanche, de s'offrir une médaille, en bronze cette fois, au bout du 25 km dames. La nageuse néo-calédonnienne a bouclé en 5h 08 min 21 sec 2/10e son marathon aquatique, remporté par la Brésilienne Ana Marcela Cunha (05h08:03.). L'autre Française engagée, Lisa Pou, termine au pied du podium (4e, 5h08:28.4).

Deux ans après leur razzia dans le lac Balaton (Hongrie) lors des Mondiaux-2017 (six médailles, dont quatre titres), les Bleus de l'eau libre repartent ainsi de Yeosu leurs valises alourdies de cinq médailles, une en or, une en bronze donc, et trois premières en argent, avec Aurélie Muller sur 5 km, Marc-Antoine Olivier sur 10 km et le jeune Logan Fontaine sur 5 km, ce qui leur permet de terminer en tête du classement des nations.

Dans leurs bagages également, trois sésames - sur quatre maximums - pour le 10 km olympique qui se nagera dans la baie de Tokyo l'été prochain, pour Olivier et David Aubry côté messieurs, et Grangeon côté dames. Mais pas pour Muller, passée à côté pour un dixième dimanche, le crève-cœur de la semaine de compétition sud-coréenne.

AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Ninh Binh accueillera l’Année nationale du tourisme 2020 "Hoa Lu - ancienne capitale du millénaire" sera le thème de l’Année nationale du tourisme 2020 qui sera organisée dans la province de Ninh Binh, au Nord. L’information a été rendue publique lors de la première réunion du Comité national de pilotage de l’Année nationale du tourisme 2020 - Ninh Binh, tenu à Hanoï mercredi 21 août.