Bà Ria-Vung Tàu : les villages d'artisanats bourdonnent avant le Têt

Les villages d'artisanats de la province du Sud de Bà Ria-Vung Tàu sont occupés à fabriquer des produits pour le Têt (Nouvel An lunaire), qui tombe le 22 janvier.

>> Le pomelo frais de quatre zones de Bà Ria-Vung Tàu autorisé à être exporté vers les États-Unis

>> Bà Ria-Vung Tàu se concentre sur le développement de son tourisme maritime

>> La fête Nghinh Ông, un rituel original de la province de Bà Ria-Vung Tàu

Les papiers de riz des villages de Long Diên sont les meilleurs du pays.
Photo : VNA/CVN

Les ateliers de papier de riz dans le district de Long Diên commencent à travailler dès l'aube.

Les papiers de riz de ces villages sont réputés pour être délicieux et consistants, et l'on dit même qu'ils sont les meilleurs du pays.

La production comprend la fabrication de poudre, le laminage et le séchage. Les technologies modernes de séchage sont largement utilisées dans de nombreux villages artisanaux, mais les villages de Long Diên conservent toujours la manière traditionnelle de le sécher au soleil.

Dans ce village, les artisans fabriquent les papiers de riz sans conservateurs ni additifs pour assurer la sécurité et l'hygiène, et désapprouvent les technologies modernes, préférant le sécher naturellement, ce qui, selon eux, est le secret pour le rendre plus croustillant et parfumé.

Trân Nam, 65 ans, a déclaré : "Le processus de séchage dépend de la météo. Par une journée ensoleillée, cela ne prend que quelques heures; par une journée moins ensoleillée, toute la journée. Si le temps est ensoleillé et venteux, ma famille peut fabriquer plus de 4.000 papiers de riz tous les deux jours."

Le papier de riz est acheté toute l'année, mais la demande augmente pendant le Têt. La pandémie de COVID-19 a touché de nombreuses entreprises, mais pas les fabricants puisqu'il s'agit d'un aliment essentiel.

Luong Thi Hông Trang, 65 ans, explique que la fabrication du papier de riz est un artisanat traditionnel du village d’An Ngai à Long Diên, transmis de génération en génération.

Les papiers de riz du village sont uniques grâce à l'eau des puits locaux que la plupart des ateliers utilisent pour insuffler une saveur particulière. Mais les puits ne suffisent plus et certains utilisent l'eau du robinet.

Les producteurs de fleurs de Kim Dinh dans la ville de Bà Ria en sont dans les dernières étapes avant d'apporter leurs produits sur les marchés.

Bien que la demande ait été considérablement plus faible pendant les années COVID, les agriculteurs restent optimistes car les ventes se sont progressivement redressées, laissant présager une année plus prospère.

Selon un arboriculteur local, Nguyên Trung Truong, les fleurs ornementales ont bien fleuri grâce au beau temps et les ventes ont donc été bonnes.

Avec la hausse des prix des engrais et des plantes qui effraie certains agriculteurs, la production a diminué cette année, faisant grimper les prix, a-il-dit.

"Les plus populaires sont les plantes à prix raisonnable comme les marguerites et les roses, tandis que les variétés chères comme les orchidées, les abricotiers rouges et les azalées ont une demande plus faible. Les mini bonsaïs se vendent en grand nombre."

CPV/VNA/CVN

back to top