09/07/2021 09:42
Espoir de médaille pour le Vietnam à Tokyo, Nguyên Van Duong est un petit gabarit, surnommé "petit poulet" par son premier entraîneur quand il a commencé la boxe à 13 ans.
>>Un boxeur vietnamien se qualifie pour les JO de Tokyo
>>Un boxeur vietnamien qualifié pour les JO 2020

Le boxeur vietnamien Nguyên Van Duong à Hô Chi Minh-Ville, le 25 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Plus de dix ans après, le surnom est resté et l'athlète sera le premier boxeur vietnamien à participer à des Jeux depuis 1988.

"Je vais aux Jeux olympiques avec l'objectif ultime de gagner une médaille", a déclaré ce poids plume de 24 ans depuis son camp d'entraînement à Hô Chi Minh-Ville (Sud).

Il n'en revient toujours pas d'aller aux JO, couronnement d'un parcours jusqu'ici exemplaire depuis sa province industrielle du Nord du Vietnam jusqu'à la lumière du plus grand événement sportif mondial.

Il a décroché sa participation en 2020, lors d'un match contre un boxeur thaïlandais plus expérimenté qu'il a remporté par KO à la 47e seconde.

"Je n'arrivais pas à croire que j'avais gagné le match aussi rapidement", se rappelle-t-il. Quelques mois plus tôt, le même adversaire l'avait battu aux points en finale des Jeux d'Asie du Sud-Est.

Adolescent, ne pesant que 33 kilos, il s'est présenté un jour à une séance d'entraînement de l'équipe de boxe de la police vietnamienne, à laquelle appartenait son cousin.

La terreur de tous ses adversaires 

Se tournant vers celui-ci, l'entraîneur lui a lancé : "Tu as amené ce petit poulet ici. Combien de temps faudra-t-il pour en faire un boxeur ?"

Mais Duong a rapidement dépassé toutes les attentes : champion du Vietnam chez les jeunes en 2010, il intégre l'équipe nationale et devient la terreur de tous ses adversaires sur le ring.

Levé à 05h30 tous les matins, il travaille sa condition physique en pratiquant la course et soulevant des haltères, conscient de l'énorme défi qui l'attend.

"Les qualifications et les Jeux olympiques sont deux choses totalement différentes, je dois donc m'améliorer en termes de technique, de tactique, de vitesse... de tout".

Mais la pandémie a rendu ses entraînements particulièrement difficiles, avec une bonne partie de l'année 2020 passée cloîtré à la maison et des tournois de préparation annulés.

"Lorsque j'ai obtenu le billet pour les Jeux olympiques, j'étais au mieux de ma forme, physiquement et mentalement.... Je voulais continuer à me battre, mais les Jeux ont été reportés et je me suis senti un peu déprimé".

Malgré tout, Duong reste déterminé à briller aux JO et compte les jours qui le séparent de Tokyo.

"Je vais tout faire pour offrir ma meilleure performance, pour apporter la victoire à ma Patrie, à mon pays et à tous les fans de boxe", conclut-il.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.