France
Accord unanime en L1 pour la répartition des revenus de la société commerciale

Les 20 clubs de Ligue 1 sont parvenus à un accord "unanime" pour la répartition du milliard et demi d'euros versés par le fond d'investissement CVC pour 13,04% de la nouvelle société commerciale de la Ligue, a annoncé jeudi 24 mars la LFP.

>>Droits TV : le paradoxe des Bleus, champions du monde bientôt sans diffuseur

>>L1 : Canal+ décroche le "Classique" OM - PSG, malgré le conflit sur les droits TV

>>Droits TV de la L1 : Mediapro sorti, la balle dans le camp de Canal+

Les vingt clubs de Ligue 1 d'accord pour la répartition du milliard et demi d'euros versés par CVC.
Photo : AFP/VNA/CVN

Sur la somme, le Paris Saint-Germain, club locomotive du foot français, va toucher la plus grosse part, 200 millions d'euros, selon des chiffres de L'Équipe confirmés à l'AFP par une source ayant connaissance du dossier.

Un deuxième groupe de six clubs va toucher au moins 80 millions d'euros par club. Il s'agit de l'Olympique de Marseille, l'Olympique Lyonnais, Nice, Lille, Rennes et Monaco. Parmi eux, l'OM et l'OL, ceux avec la plus forte notoriété, vont toucher 10 millions d'euros de plus, soit 90 millions d'euros, a-t-on appris de même source.

Les 13 clubs restants vont toucher 33 millions d'euros chacun.

Le total représente 1.130 millions d'euros sur les 1.500 millions d'euros prévus. Pour le reste, 100 M EUR ont été placés sur un fond de réserve, 100 millions d'euros pour des frais de fonctionnement et 170 millions d'euros pour rembourser le PGE (prêt garanti par l'État) versé pour aider les clubs pendant la pandémie.

"Les clubs se sont entendus à l'unanimité sur la distribution", souligne la Ligue de football professionnel dans un communiqué.

La LFP juge "cet accord essentiel" pour "l'aboutissement du projet et "tient à remercier l'ensemble des participants" pour la "sérénité" des discussions.

Elle a répété que cet accord avec CVC Capital Partners portait un "projet de développement du football professionnel français" visant "à améliorer en profondeur l'ensemble des structures du football français".

La LFP remercie aussi "l'État français pour avoir su rendre ce projet majeur possible".

La création de la filiale commerciale a été permise par le vote au Parlement de la loi sport, le 24 février, offrant un cadre législatif adapté à son projet.

La LFP remercie également "la Fédération Française de Football (FFF) pour son soutien de tous les instants".


AFP/VNA/CVN