16/07/2017 17:31
Roger Federer a rendez-vous avec l'histoire dimanche 16 juillet (15h00 françaises) en finale de Wimbledon. Avec un succès contre Marin Cilic, il décrocherait un 19e titre du Grand Chelem et un huitième dans son jardin anglais, une performance unique.
>>Wimbledon : Williams-Muguruza en finale, l'expérience face à la jeunesse
>>Wimbledon : l'inoxydable Venus Williams en quête d'une 9e finale

Le Suisse Roger Federer face au Tchèque Tomas Berdych en demi-finales de Wimbledon, le 14 juillet. Photo : AFP/VNA/CVN

Le maestro suisse en rêve depuis son dernier sacre à Londres il y a cinq ans. "Marquer l'histoire ici à Wimbledon, c'est très important. J'adore ce tournoi", a-t-il rappelé vendredi 14 juillet après la demi-finale face au Tchèque Tomas Berdych.

À bientôt 36 ans (le 8 août), "RF" n'aura plus des tonnes d'occasions de soulever le trophée qui lui a échappé lors de ses deux dernières finales, en 2014 et 2015 face à Novak Djokovic. Ni le Serbe, ni les autres membres du "Big Four", l'Espagnol Rafael Nadal, qui l'avait détrôné dans le "temple" en 2008, et l'Écossais Andy Murray, tous éliminés avant les demi-finales, ne sont là pour l'arrêter. Occasion à saisir!

Les précédentes cette année, il ne les a pas ratées, remportant l'Open d'Australie, son premier "Major" depuis 2012, puis les Masters 1000 d'Indian Wells et de Miami.

Depuis, le Bâlois n'a d'yeux que pour Wimbledon. Il veut tellement cette huitième couronne qu'il a fait l'impasse sur la tournée sur terre battue, Roland-Garros inclus, pour limiter les risques de blessure.

Jusqu'ici le plan a fonctionné à merveille sur gazon, si ce n'est un faux départ à Stuttgart où le vétéran allemand Tommy Haas l'a surpris d'entrée. Après ça, Federer a englouti onze matches de Halle (Allemagne) à Wimbledon sans concéder le moindre set!

Vendredi, il est devenu le finaliste le plus âgé à Londres depuis 1974. L'inoxydable Australien Ken Rosewall perdait cette année-là, à 39 ans bien tassés, le duel de la dernière journée contre l'Américain Jimmy Connors.

Dépasser l'idole Sampras 

Federer espère maintenant dépasser son idole de jeunesse, l'Américain Pete Sampras, et le Britannique William Renshaw - un champion de la fin du 19e siècle - avec lesquels il partage le record masculin de titres à Londres (7).

Pour cela, il faudra faire chuter Cilic qui peut devenir le deuxième joueur croate à triompher sur l'herbe du All England Club, seize ans après son ancien entraîneur Goran Ivanisevic.

Sous-estimé selon son coach actuel, le Suédois Jonas Björkman, le 6e mondial entend prouver que son triomphe à l'US Open 2014 n'était pas qu'un coup d'éclat. Cette deuxième finale majeure face au maître des lieux et véritable chouchou du public, lui en donne l'occasion.

"(Le Centre court), c'est l'endroit où Roger joue son meilleur tennis. Mais il y a un an, j'étais seulement à un point de le battre. Je crois en mes chances et en mes capacités de gagner", a assuré le Croate de 28 ans, en évoquant les trois balles de match qu'il s'était procuré contre le Suisse, en quart de finale en 2016.

Le service de Cilic 

Il avait fallu un numéro d'équilibriste de Federer, pas au top de sa forme à l'époque, pour s'en sortir (6-7 (4/7), 4-6, 6-3, 7-6 (11/9), 6-3).

De ses sept duels avec le géant des Balkans (1,98 m), l'ancien N.1 mondial n'en a perdu qu'un : il y a trois ans en demi-finale de l'US Open (6-3, 6-4, 6-4). "Il frappait des services et des retours à volonté. J'avais eu une petite chance dans le troisième set, avec un break d'avance. Mais il était en totale confiance. C'était vraiment très, très impressionnant", se souvient Federer.

Selon lui, l'une des clés du match sera de trouver la bonne dose de prise de risque, d'être "créatif et inspiré". La longueur de balle du Cilic en retour et son redoutable service - près de 22 aces frappés par match - seront aussi des paramètres à maîtriser.
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam

Hai Phong, la ville des flamboyants Hai Phong est une ville portuaire du Nord et la troisième agglomération du pays après Hô Chi Minh-Ville et Hanoï. Depuis longtemps, elle est surnommée la «Ville des flamboyants».