13/11/2016 09:04
Grâce à des reliefs et à des conditions climatiques particulières, le Vietnam produit une quantité importante de fruits et légumes pour sa consommation domestique et pour l’export.
>>Les exportations de fruits du Vietnam vers l’UE restent limitées
>>Un label agroalimentaire, une nécessité pour rassurer les consommateurs

Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, les exportations nationales de fruits et légumes pourraient s’élever de 2,5 à 2,6 milliards de dollars en 2016.

De janvier à septembre, les exportations de fruits et légumes ont dégagé plus de 1,8 milliard de dollars, soit l’équivalent de celui de 2015 avec 1,86 milliard de dollars. Il s’agit de la plus forte croissance parmi les produits agricoles, aquatiques et sylvicoles lors de ces neuf derniers mois. «2016 sera la première année où les exportations de fruits et légumes pourraient dépasser celles de riz», a souligné le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong.

Les fruits et légumes vietnamiens sont présents dans plus de 40 pays et territoires. Photo : Huynh Su/VNA/CVN

Des difficultés qui persistent

Malgré des prévisions positives sur les exportations d’ici à la fin de l’année, les entreprises rencontrent encore des difficultés en termes de débouchés. Plus précisément, sur le marché indien, les entreprises vietnamiennes doivent accepter le paiement après livraison, avec les risques inhérents de cette modalité en commerce international. La Chine, quant à elle, demande aux entreprises du Vietnam de fournir la confirmation officielle qu’elles sont inscrites sur la liste des établissements autorités par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

En outre, selon l’Association des fruits et légumes du Vietnam, la hausse des importations entraîne également certaines difficultés. Plus précisément, lors de ces sept premiers mois, le Vietnam en a importé pour 162 millions de dollars de Thaïlande, soit une augmentation de 170% en glissement annuel, plus de 102 millions, de Chine, pour 25,53%, et 24,553 millions d’Australie, pour 312%.

Actuellement, les fruits et légumes vietnamiens sont présents dans plus de 40 pays et territoires, avec un volume totalisant plus de 1,6 million de tonnes, notamment fruit du dragon, pastèque, longane, litchi... Cette année, les exportateurs vietnamiens ont pu expédier ces produits sur de nombreux grands marchés comme le Canada, des pays de l’Union européenne, de l’ASEAN, d’Europe de l’Est, du Moyen-Orient et d’Amérique du Sud. Alors que les débouchés de plusieurs produits agricoles du Vietnam ont tendance à être saturés et que la demande mondiale de fruits et légumes s’établit à 100 milliards de dollars, les fruits et légumes doivent être déterminés comme des produits d’exportation majeure du pays, ont estimé des spécialistes vietnamiens.

Le Vietnam, 12e producteur mondial des fruits avec 702.000 tonnes en 2015.
Photo : VNA/CVN

Selon le Département de protection des végétaux du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, les fruits et légumes du Vietnam répondent bien aux critères de qualité et de sécurité alimentaires de ses principaux marchés importateurs. Lors des seuls quatre premiers mois, 2.522 tonnes de pitaya ont été expédiées aux États-Unis, au Japon et en République de Corée, et 230 tonnes de mangues au Japon et en République de Corée. Les États-Unis viennent juste derrière la Chine en termes d’importation de fruits et légumes du Vietnam.

Quant à la République de Corée, elle en a importés pour 27,3 millions de dollars. Après trois ans de négociations, les pitayas à chair blanche et rouge, et la mangue, ont été autorisés à être importés dans ce pays. Après cinq ans de négociations, fin 2015, la mangue de Cat Chu a obtenu l’autorisation d’être présente sur les rayons des supermarchés du Japon. Litchi et mangue du Vietnam sont également vendus sur le marché australien.

Le Vietnam, 12e producteur mondial

Compte tenu de la demande mondiale, les perspectives d’export des fruits et légumes vietnamiens sont vastes, a estimé Trân Dinh Long, président de l’Association des variétés végétales du Vietnam. «La demande mondiale est importante et l’agriculture biologique commence à se développer de plus en plus au Vietnam. Les produits cultivés sont de meilleure qualité et les intrants utilisés assurent un meilleur rendement», a-t-il expliqué. Le Vietnam, 12e producteur mondial avec 702.000 tonnes en 2015, devrait être autorisé prochainement à en exporter sur le sol américain, un marché à fort potentiel. L’essentiel aujourd’hui est d’améliorer la compétitivité des fruits et légumes vietnamiens sur le marché mondial. Pour ce faire, les entreprises doivent impérativement se doter des équipements nécessaires pour augmenter la valeur ajoutée à leurs produits.               

Thê Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Diên Biên se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia La province de Diên Biên (Nord) se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia qui doit avoir lieu du 11 au 14 mars 2017.