04/03/2017 22:07
L’ONU a célébré le 3 mars la Journée mondiale de la vie sauvage 2017 sur le thème «Écoutons la voix des jeunes».
>>Des agences de voyage s'engagent à lutter contre le trafic d’espèces sauvages
>>Espèces sauvages : le Vietnam a d’ores et déjà des contributions actives à la CITES

L’ambassadrice Nguyên Phuong Nga, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès l'ONU. Photo : VNA/CVN

À l'occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage 2017, le 3 mars, la mission permanente du Vietnam auprès de l'ONU, en coopération avec ses homologues du Royaume-Uni, du Botswana, de la Thaïlande, de l’Allemagne et du Gabon, l’Organisation non gouvernementale (ONG) américaine La Société pour la conservation de la vie sauvage (WCS), l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) et le Secrétariat de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), a organisé une activité en marge pour faire écho aux efforts de l’ONU dans la conservation de la vie sauvage et la lutte contre le trafic de produits à base d'espèces sauvages.

S’exprimant à cet événement, l’ambassadrice Nguyên Phuong Nga, chef de la mission permanente du Vietnam auprès de l'ONU, a présenté des mesures pour régler cette question.

Primo, il faut développer et appliquer des stratégies pour réduire la demande en produits à base d'espèces sauvages. Secundo, il faut lancer des campagnes de sensibilisation des populations sur les conséquences et impacts de la chasse et de la contrebande d'espèces sauvages. Tertio, il faut perfectionner le cadre juridique et l’application de ce dernier pour que les consommateurs ne puissent pas acheter ce type de produits. Quarto, il faut consolider le partenariat à tous les échelons, de l’échelle nationale, régionale et à celle internationale, entre les gouvernements, les organisations sociales et les habitants.

Protéger les espèces sauvages, un impératif

Selon l’ONU, les activités de commerce d'espèces sauvages constituent une criminalité «lucrative» au 4e rang dans le monde, après le trafic de drogue, la traite humaine et le trafic d'armes. Chaque année, selon les estimations, dans le monde, ce commerce pèse chaque année 48 à 153 milliards de dollars soit presque l'équivalent des aides publiques pour le développement annuelles (135 milliards de dollars).

Le douc (Pygathrix nemaneus), trouvé au Vietnam et au Laos, est inscrit dans le Livre Rouge du Vietnam et sur celui de l'Union internationale pour la conservation de la nature. Photo : DN/CVN

La Journée mondiale de la vie sauvage est l'occasion idéale de célébrer les formes innombrables, belles et diverses, que revêtent la faune et la flore sauvages et de sensibiliser aux multiples avantages que leur conservation procure aux êtres humains. Cette journée nous rappelle aussi l'urgente nécessité d'intensifier la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, aux profondes répercussions économiques, environnementales et sociales.

La Journée mondiale de la vie sauvage 2017 nous donne une nouvelle chance d’inciter les jeunes à aborder les questions de conservation. C’est également l’occasion pour eux d’engager le dialogue les uns avec les autres et, ensemble, de tracer un nouveau chemin vers un monde meilleur.

Les jeunes peuvent également s’exprimer en élaborant des stratégies de réduction de la demande afin de freiner le commerce illégal à l’avenir, et débattre des questions autour de l’utilisation écologiquement durable des espèces sauvages et de la façon dont il est possible d’en tirer parti localement.

Les espèces sauvages ont une valeur intrinsèque et contribuent de manières diverses au développement durable et au bien-être des populations, notamment sur les plans environnemental, génétique, social, économique, scientifique, éducatif, culturel, récréatif et esthétique.

Tous les États membres, les organes des Nations unies, les autres organisations mondiales, ainsi que la société civile, les ONG et les particuliers sont invités à célébrer et participer à cette fête mondiale de la vie sauvage. Les communautés locales peuvent jouer un rôle positif en aidant à réduire le commerce illégal.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville

Mois du tourisme d’An Giang 2017 Rencontre avec le chef Martin Yan, festival de course de bœufs, festival de Ba Chua Xu à Châu Dôc… font partie de la série d'événements de la Semaine de la culture gastronomique et touristique d’An Giang, qui s’inscrit dans le cadre du Mois du tourisme d’An Giang.