11/08/2020 16:43
Nguyên Van Truong, 59 ans, abrite toutes les antiquités de sa collection chez lui, dans les murs de sa maison afin que "personne ne puisse voler" les objets précieux qu'il a collecté au fil du temps.
>>Vinh Phuc devrait attirer 35 projets par an pour la période 2020-2025
>>Vinh Phuc s’efforce de relancer le tourisme en période post-COVID-19

Chez Nguyên Van Truong.

Dans la maison à la décoration unique située dans la commune de Châu Hung, du district de Vinh Tuong, dans la province septentrionale de Vinh Phuc, M. Truong a accumulé des milliers de plats et assiettes anciennes qu’il a astucieusement intégrés aux murs, aux portes et aux marches des escaliers, fixées dans le béton.

De loin, la maison ressemble à un petit palais impérial. Dans la cour, plusieurs dizaines de mortiers en pierre se succèdent et la porte du dôme est décorée de vases et d’assiettes en bambou ou en pierre, à motifs divers. Oiseaux, fleurs, bambou, grues, pins, carpes, phénix ornent les antiquités.

Une maison unique en son genre dans le Nord du Vietnam. 

Il a entamé sa collection à l'âge de 24 ans, dans le but de vendre ces objets rares qu’il récolte avec soin mais son amour pour les objets anciens a grandi discrètement et le jeune homme est devenu un véritable collectionneur d'antiquités.

En 1982, il se rend au Cambodge dans le cadre de son service pour l'armée vietnamienne. En 1986, il rentre au pays et commence à travailler comme menuiser. C’est en exerçant ce métier qu’il rencontre de nombreux collectionneurs d'antiquités et se découvre une passion pour les poteries antiques.

Sur un mur de la maison de Truong, on peut trouver un gouvernail de bateau à voile, des bouteilles et des centaines d'assiettes et de bols.

Alors que M. Truong doit effectuer des travaux de rénovation dans sa maison, une étrange idée lui vient en tête : "Ma maison n'était pas assez spacieuse pour contenir le nombre croissant d'objets collectionnés. J’ai donc décidé de les intégrer aux murs pour libérer de l'espace et plus important encore, ne pas m'inquiéter des voleurs ou des curieux qui voudraient m'acheter ces précieux artefacts", partage le féru d’antiquités.

"Personne ne m’a soutenu quand j'ai lancé l'idée, certains même m’ont cru fou. Je n’avais pas d’argent mais j'ai surmonté les obstacles grâce à ma passion. Cela m'a pris énormément de temps et d'efforts", explique-t-il.

Texte et photos : Thuy Hà - Trang Pham/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.