Tunisie : ouverture du festival international de cinéma de Carthage

La 32e édition du festival international de cinéma de Carthage s'est ouverte samedi 30 octobre à Tunis et propose une affiche très diversifiée, 45 pays arabes et africains participant à diverses compétitions avec 57 films présentés.

>>Les cinémas rouvrent leurs portes à Bombay, capitale indienne du cinéma

>>Antoine de Caunes maître de cérémonie des prochains César

>>Jane Campion reçoit le Prix Lumière : "le cinéma, c'est ma vie"

Le réalisateur sénégalais Baba Diop, lauréat du Tanit d'Or pour l'ensemble de sa carrière, lors de la cérémonie d'ouverture de la 32e édition du Festival international du cinéma de Carthage, le 30 octobre.

"Rêvons, vivons !" est le slogan choisi pour les Journées cinématographiques de Carthage, avec des projections et débats dans une demi-douzaine de salles tunisiennes jusqu'au 6 novembre.

Grande première pour ce prestigieux festival, un groupe de prisonniers tunisiens a été autorisé à assister aux représentations et à tourner un documentaire. Des projections sont prévues dans des prisons comme les années précédentes mais également pour la première fois dans des casernes militaires.

Le festival se veut "attentif aux nouvelles tendances cinématographiques en Afrique et dans le monde arabe", selon la brochure de présentation.

Le jury, présidé par le producteur italien Enzo Porcelli, reflète cette volonté d'ouverture, avec la présence de l'acteur angolais Hoji Fortuna (Game of Thrones), de la réalisatrice haïtienne Gessica Généus (Freda) et du cinéaste-photographe marocain Daoud Aoulad Syad (Adieu Forain).

Dans la même veine, les artistes étaient accompagnés à leur arrivée sur le tapis rouge samedi par un groupe de jeunes atteints de trisomie 21.

Les questions de société sont le principal fil rouge du festival, à l'instar du film d'ouverture du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, Lingui, les liens sacrés, remarqué à Cannes, qui raconte l'histoire d'une adolescente qui cherche à avorter.

L'actrice égyptienne Nelly Karim, lauréate du Tanit d'Or pour l'ensemble de sa carrière, lors de la cérémonie d'ouverture de la 32e édition du Festival international du cinéma de Carthage, le 30 octobre.

Interrogé à son arrivée, le réalisateur s'est dit "honoré" d'ouvrir les JCC avec "un sujet tabou". "C'est un choix éminemment politique de la part du festival, car c'est un film subsaharien, qui parle des droits des femmes, dans les pays arabes et dans le monde entier", a-t-il dit.

D'autres films seront à l'affiche, comme Amira de l'Égyptien Mohamed Diab, récompensé à Venise et qui porte sur le trafic de sperme de détenus palestiniens en Israël, ou le dernier long métrage du Marocain Nabil Ayouch, Haut et fort, sélectionné à Cannes, sur l'émancipation de jeunes filles via le hip hop.

Toute la semaine, des films belges et libyens seront à l'honneur.

Une section mettra aussi en lumière les films francophones en vue de la tenue en novembre 2022 en Tunisie du prochain Sommet de la francophonie. Deux monographies seront consacrées aux cinéastes tunisiens réputés Hamouda Ben Halima et Moufida Tlatli.


AFP/VNA/CVN

back to top