Affaire au groupe FLC
Trinh Thi Minh Huê mise en examen

Trinh Thi Minh Huê, une cadre du département de comptabilité du groupe FLC, a été mise en examen et placée en détention provisoire.

>>Le président de FLC Trinh Van Quyêt arrêté pour manipulation boursière

>>Dang Tât Thang, nouveau président du groupe FLC et de Bamboo Airways

Des forces de police perquisitionnent les résidences et les lieux de travail des personnes impliquées dans l'affaire.

La Police d’investigation du ministère de la Police a rendu une décision de mettre en examen et de placer en détention provisoire Trinh Thi Minh Huê, une cadre du département de comptabilité du groupe FLC, présumée complice de Trinh Van Quyêt (président du conseil d’administration de FLC) pour faire la manipulation du marché des valeurs mobilières.

Le général de division Tô An Xô, chef du bureau et porte-parole du ministère de la Police, a annoncé lundi 4 avril cette information.

Le 29 mars dernier, Trinh Van Quyêt, président du conseil d’administration de FLC, a été mis en examen et placé en détention provisoire pour acte de "manipulation du marché des valeurs mobilières" selon l’article 211 du Code pénal.

Le 10 janvier, Trinh Van Quyêt avait vendu 74,8 millions d’actions de FLC sans aucun rapport ni notification préalable comme l’exige la réglementation, suscitant l’inquiétude du public et plongeant le marché boursier dans le chaos.

La Commission d’État des valeurs mobilières (SSC) avait immédiatement décidé de bloquer les comptes de titres de Trinh Van Quyêt pour l’empêcher de commettre d’autres actes à l’encontre des réglementations. La SSC a également demandé à la Bourse de Hô Chi Minh-Ville (HoSE) d’annuler les transactions de Trinh Van Quyêt concernant 74,8 millions d’actions de FLC. De nombreux investisseurs ont été remboursés.

Le 18 janvier, la SSC avait rendu une autre décision en vertu de laquelle Trinh Van Quyêt s’est vu infliger une amende de 1,5 milliard de dôngs (65.600 USD), le niveau le plus élevé en vertu des réglementations, et interdire les transactions d’actions pendant cinq mois.

C’était la deuxième fois que Trinh Van Quyêt s’était vu infliger une amende par la SSC. En 2017, il avait dû payer une amende de 65 millions de dôngs pour avoir vendu 57 millions d’actions de FLC sans préavis.

VNA/CVN