29/05/2022 08:15
Le film indépendant The brilliant darkness (L’obscurité brillante) traite le côté obscur d’une famille vivant à la campagne. Après un mois de projection, il a connu un vif succès, avec plus de 21 milliards de dôngs de recettes, devançant même des films étrangers sortis au même moment.
>>Le film vietnamien Miên ky uc présenté au Festival international du film de Berlin
>>Un film vietnamien en compétition au Festival international du film de Berlin
>>Les documentaires vietnamiens gagnent en visibilité

Aaron Toronto et sa femme, l’actrice Nha Uyên, qui assume le rôle féminin principal dans le film.
Photo : VOV/CVN
The brilliant darkness (L’obscurité brillante en français ou Đêm tôi ruc ro en vietnamien) est l’œuvre de l’Américain Aaron Toronto réalisée au Vietnam. Son succès impressionnant devient un phénomène parmi les films indépendants qui ont toujours des difficultés à toucher un large public.

Avant d’être lancé dans le pays le 7 avril, ce film n’a bénéficié d’aucune campagne de publicité d’envergure sauf un atout : œuvre cinématographique ayant  décroché deux prix lors du Festival du film Santa Fe 2022. À savoir : "Meilleure histoire" et "Meilleure performance" pour Nha Uyên. Pourtant, les échos de ce petit festival américain ne résonnent pas beaucoup aux oreilles des spectateurs vietnamiens. 


Record de recettes en une semaine

Đêm tôi ruc ro est le premier film du réalisateur Aaron Toronto. Il n’a pas caché ses inquiétudes: "Son contenu ne suit pas la formule classique pour répondre au besoin de divertissement du grand public. Il est difficile d’envisager un large succès". Pourtant, après une semaine de sortie, le film a enregistré du 7 au 14 avril une recette de 12 milliards de dôngs. De plus, le nombre de billets vendus a augmenté au fil des projections.

Le 14 avril, un record a été établi : The brilliant darkness est arrivé en tête en matière de revenus au box-office des salles obscures du pays, devançant même le blockbuster hollywoodien Les animaux fantastiques 3 - Les secrets du Dumbledore. "Les premiers jours, j’étais très inquiet devant le résultat du film. Ce sont les spectateurs qui font rayonner l’œuvre", rappelle Aaron Toronto. Et d’ajouter que les revenus au box-office constituent un chiffre significatif pour un film indépendant, ces derniers ayant toujours du mal à toucher un grand public.

La raison de ce succès impressionnant ? Le bouche-à-oreille. Pas d’investissements importants en publicité, cette production a réussi à créer des réactions, des commentaires et même des débats sur les forums en ligne.

"The brilliant darkness" décroche deux prix lors du Festival du film Santa Fe 2022. Photo : NLD/CVN

The brilliant darkness raconte la dernière nuit durant les funérailles d’un vieil homme d’une famille  du Sud vivant à la campagne. Tous les membres se réunissent pour réaliser les cérémonies d’adieu. Pourtant, les funérailles ne se déroulent pas tranquillement à cause d’évènements choquants se succédant, montrant les aspects les plus sombres de la vie de chaque membre de la famille. Le film montre les contradictions, les griefs, les disputes entre petits-enfants, enfants, et parents, tous très différents les uns des autres, même lors d’un moment aussi solennel que des funérailles.

"Aaron Toronto raconte l’histoire d’une famille orientale, d’un point de vue occidental. Cette histoire n’est pas étrangère pour les Vietnamiens parce que les spectateurs ont l’impression d’avoir vu les scènes du film quelque part", juge le chercheur en culture Nguyên Thành Luân. Les coutumes typiques du Sud sont restituées  d’une façon vivante et réaliste. Particulièrement, l’ambiance bruyante des funérailles avec les spectacles de théâtre et de musique toute la nuit contribue à mettre en avant les tragédies de la famille, ajoute-t-il.

Une scène dans le film "Đêm tôi ruc ro" (The brilliant darkness).
Photo : NLD/CVN

Le Vietnam, son destin et son choix
 

Né au Texas, aux États-Unis, Aaron Toronto a suivi une formation universitaire sur le cinéma et sur les sociétés orientales. Parlant le vietnamien, l’Américain a eu l’occasion d’assurer un petit rôle dans le film Ba mùa (Trois saisons) du réalisateur Tony Bùi, ce qui l’a aidé à enrichir ses connaissances sur le Vietnam. À l’issue de l’université, en 2002, Aaron est arrivé au Vietnam pour la première fois pour chercher des opportunités en cinématographie. Il a ensuite réalisé des vidéos musicales, des pièces de théâtre et il a été assistant-réalisateur pour quelques films.

Aaron Toronto est tombé amoureux de la comédienne vietnamienne Nha Uyên. Ils se sont mariés et partagent aujourd’hui vie conjugale et vie professionnelle. Sa femme a en effet assuré le rôle principal dans The brilliant darkness. L’équipe du film s’est engagé à prélever 3% des recettes pour le Fonds de protection des enfants du Vietnam.

D’après l’actrice Nha Uyên, "le but final d’un film n’est pas seulement de procurer des émotions aux spectateurs mais aussi de contribuer à l’amélioration
de l’avenir des enfants"
.

Vân Anh/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Dào Xá, la patrie des luthiers

La province de Bên Tre dispose d'un potentiel immense pour développer l’écotourisme La province de Bên Tre, bien connue sous le nom de "royaume des cocotiers", est située à l’une des embouchures du Mékong et au point de rencontre de quatre bras du fleuve.