Thanh Thao, une jeune tireuse prometteuse

Après le retrait des champions seniors du tir sportif professionnel, la sélection nationale s’appuie désormais sur la jeune génération, dont Phi Thanh Thao. Cette fille de 18 ans a été la révélation des SEA Games 31 disputés en mai dernier au Vietnam.

>> Pour succéder à Hoàng Xuân Vinh, le tir vietnamien cible les jeunes

>> Le Vietnam participera à la Coupe du monde de tir 2021 de l'ISSF

>> Les tireurs se préparent pour les SEA Games 31

>> Le tir vietnamien cible sept médailles d’or

Thanh Thao célèbre sa victoire à la carabine à air comprimé 50 m aux SEA Games 31.
Photo : CTV/CVN

Les deux doyens de l’équipe nationale que sont l’ancien champion olympique Hoàng Xuân Vinh et le tireur expérimenté Trân Quôc Cuong ont fait une croix sur leur carrière professionnelle. Le Vietnam s’appuie donc maintenant sur ses jeunes. La Hanoïenne Phi Thanh Thao a fait partie de la liste restreinte après avoir remporté une médaille d’or et une d’argent lors des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31).

Née en 2004 à Thach Thât, en banlieue de Hanoï, Phi Thanh Thao a été recrutée pour la première fois par l’équipe de nage avec palmes à l’âge de huit ans. Après six ans de pratique, elle a choisi d’arrêter ce sport.

Après s’être reposée un moment, Thanh Thao a suivi sa cousine dans son club de tir, où elle a trouvé sa véritable passion. Plusieurs semaines après avoir pratiqué juste pour le plaisir, elle a décidé de rejoindre l’équipe de tir militaire et est depuis devenu professionnelle.

Thanh Thao fait partie des tireuses d’élite du Vietnam. CTV/CVN
Photo : CTV/CVN

“Lors de ma première compétition destinée à des juniors, je voulais juste tester mes compétences. Mais j’ai décroché une médaille d’or. Je pensais que j’étais bonne au tir. Mes entraîneurs m’encourageaient aussi à pratiquer cette discipline”, raconte-t-elle.

Familière de la vie sportive, Thanh Thao s’est rapidement intégrée au nouvel environ-nement et a fait des progrès remarquables. Après avoir été sacrée lors de compétitions nationales, il ne lui a fallu que quatre ans pour monter sur un podium régional.

“Le tir me convient. C’est une discipline qui ne nécessite pas un physique solide. Bien sûr, les défis et les difficultés sont évidents. La technique est rude et le fusil est assez lourd”, estime-t-elle.

“Il est difficile de porter, de viser et de tirer pendant longtemps. Rester concentré sur la cible n’est pas une tâche simple. Heureusement, mes efforts soutenus et mes entraîneurs dévoués m’ont beaucoup aidé. J’ai progressivement maîtrisé la technique et j’ai obtenu de bons résultats”, affirme-t-elle.

Thanh Thao (centre) en compétition aux SEA Games 31 disputés en mai dernier au Vietnam.
Photo : Tôquôc/CVN

Selon le coach Nguyên Huy Hoàng, son historique de nageuse avec palmes l’a en partie aidée pour le tir. “La plupart des nageurs avec palmes sont capables de retenir leur respiration, ce qui augmente leur capacité pulmonaire. Lorsque Thanh Thao s’entraîne au tir, sa capacité à retenir sa respiration pendant une longue période l’aide à maintenir des battements de cœur stables avant chaque coup”, analyse-t-il.

Des débuts brillants

Avant les SEA Games 31, Thanh Thao était l’un des huit meilleurs éléments de la sélection nationale en lice pour une médaille d’or, avec le célèbre trio Hà Minh Thành, Trân Quôc Cuong et Hoàng Thi Tuât. Mais elle a subi beaucoup de pression, ses résultats ont fortement chuté pendant l’entraînement et elle avait de gros problèmes.

Thanh Thao et son coach lors des SEA Games 31.
Photo : CTV/CVN

Cependant, elle est revenue pour remporter l’argent à la carabine à air comprimé 10 m et l’or à la carabine 50 m. Elle est devenue la plus jeune sportive de la sélection nationale du tir sportif à monter sur le podium lors de ces jeux régionaux.

“Je me suis préparée avec soin. Car c’est la première fois que j’ai participé à ce prestigieux rendez-vous sportif de la région d’Asie du Sud-Est. Mais en compétition, j’étais un peu tremblante. Je n’étais pas contente de la deuxième place à la carabine à air comprimé de 10 m. J’ai poussé fort pour la suivante”, déclare Thanh Thao. Et d’ajouter : “Je ne me suis fixée aucun objectif mais je me suis dit de faire de mon mieux dans la deuxième épreuve. J’ai été surprise d’avoir remporté l’or et j’étais contente de cette performance”.

Le coach Nguyên Huy Hoàng a fait l’éloge de son talentueux poulain, qui n’a eu besoin que de quatre ans, à peine les deux tiers du temps nécessaire aux autres tireurs, pour obtenir des résultats aussi fantastiques.

L’exploit de Thu Thao était d’autant plus spécial que son fusil était vieux. L’arme d’épaule a été importée d’Allemagne pour l’équipe nationale il y a plus de dix ans. En finale, elle a dû battre sept rivales équipées de fusils modernes fabriqués en Suisse.

“Sa victoire a prouvé que de bonnes armes n’aident qu’en partie les sportifs à gagner. La clé était sa bravoure, sa détermination et sa volonté”, exprime M. Hoàng.

Une sportive de talent

Thanh Thao, une tireuse pleine de charme. ST/CVN

Pour l’entraîneuse en chef de la sélection nationale, Nguyên Thi Nhung, qui est en charge de l’équipe aux SEA Games 31, malgré son jeune âge, Thanh Thao a une forte mentalité de compétition tout en étant calme, patiente et concentrée. Sa médaille d’or est particulière car le pays n’en n’avait pas gagné dans cette catégorie depuis 30 ans.

“Cela fait trois décennies que notre tireuse Dang Thi Dông a remporté la dernière médaille d’or sur 50 m pour le pays. Mais elle n’a tiré que trois séries de 20 munitions, tandis que Thu Thao était dans une situation plus difficile car elle devait tirer trois séries de 40 munitions”, souligne Mme Nhung. Et de continuer : “Elle est une tireuse prometteuse. Je pense qu’elle obtiendra de meilleurs résultats à l’avenir”.

Thanh Thao est maintenant l’une des candidates du titre de “Meilleur jeune sportif de l’année”, qui sera dévoilé à la mi-janvier 2023.

“Je suis juste normalement bonne, pas exceptionnelle. De nombreuses tireuses internationales sont plus jeunes et meilleures que moi”, dit la jeune fille, qui passe son temps libre à cuisiner, à confectionner et à s’occuper de plantes ornementales.

“Je ne veux pas être l’esclave d’un smartphone. Quand je fais le ménage, je me sens libre, et j’ai l’esprit tranquille avant de revenir à ma passion. Cela m’aide à atteindre un niveau supérieur et à obtenir de meilleurs résultats dans les tournois à venir”, confie-t-elle.

Phuong Nga/CVN

back to top