Sénégal : les prix des hydrocarbures et de l'électricité restent bloqués

>>Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

>>Le projet du gazoduc Nigéria - Maroc : un modèle de coopération Sud - Sud

Le gouvernement sénégalais va continuer de bloquer les prix des hydrocarbures et de l'électricité, a promis jeudi 28 avril la ministre du Pétrole et des Énergies, Sophie Gladima, soulignant que c'est dans cette optique que l'État avait débloqué, entre janvier et avril, une enveloppe de 100 milliards de francs CFA (160 millions d'USD). Cette démarche va entraîner cette année pour l'État un déficit de 455 milliards de FCFA (729 millions d'USD) au taux de 100 USD par baril de pétrole, a-t-elle noté lors d'une conférence de presse à Dakar. Le gouvernement va suivre l'évolution des cours des matières premières pour voir s'il y a lieu de réajuster les prix de ces produits, a promis Mme Gladima, avant d'ajouter : "Nous ne le souhaitons pas, mais si le baril du pétrole remonte, ça sera au tour du ministre des Finances et du Budget, sur instruction du chef de l'État, d'assurer l'équilibre macro-économique". Par rapport à la "tension" notée récemment sur la distribution du carburant, elle a annoncé la disponibilité de 4.000 tonnes de kérosène, en attendant l'arrivée en début mai de 7.000 tonnes qui vont permettre de couvrir les besoins du pays pour une durée de 20 jours.


Xinhua/VNA/CVN

back to top