05/12/2021 11:20
Nguyên Thùy Linh est devenue la première badiste vietnamienne à avoir remporté deux matchs aux Jeux olympiques. Tous les espoirs du badminton du pays pour les 31es jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31) reposent sur elle.
>>Trois joueurs vietnamiens aux Championnats du monde de badminton 2021
>>JO de Tokyo 2020 : la badiste Nguyên Thùy Linh s'arrête là malgré deux victoires
>>Badminton : une Vietnamienne remporte un tournoi international au Népal

La badiste Thùy Linh vise le Top 30 mondial.
Photo : CTV/CVN

Être membre de la sélection nationale de badminton à l’âge de 18 ans, dépasser la joueuse N°1 du Vietnam à l’âge de 21 ans et gagner deux victoires impressionnantes dès sa première participation aux Jeux olympiques (JO), tels sont déjà les grands accomplissements de la jeune carrière professionnelle de Nguyên Thùy Linh.

Si le succès est venu rapidement, il a demandé à Linh une grande force de travail et de concentration ainsi qu’un dévouement extrême.

Parcours impressionnant aux JO de Tokyo

Le parcours de Thùy Linh aux JO de Tokyo est porteur d’espoir pour les jeunes badistes vietnamiens. Tirée au sort dans un groupe difficile, avec trois adversaires classées plus haut qu’elle, dont la Taïwanaise et première mondiale Tai Tzu-ying, Thùy Linh n’a pas été impressionnée pour autant et a remporté deux rencontres. 

"Après le tirage au sort, les gens ont dit que c’était dommage que je sois dans le même groupe que Tai Tzu-ying. Mais en fait, chaque groupe contenait de grandes joueuses. Ainsi, quel que soit le groupe, j’aurais eu à faire face à une forte opposition", analyse-t-elle.

"J’ai passé près de deux ans à m’entraîner avec acharnement au Vietnam en pensant à Tokyo. Je suis heureuse d’avoir pu montrer mon niveau et mes progrès au moment tant attendu", partage Thùy Linh, qui n’était que la troisième joueuse vietnamienne à participer aux JO.

"J’ai aussi gardé un esprit positif, avec le désir de faire de mon mieux et de ne jamais abandonner, peu importe les conditions du match", raconte-t-elle.

La badiste Thùy Linh en compétition aux JO de Tokyo 2020.
Photo : ST/CVN

En effet, la N°49 mondiale a livré de belles prestations pendant le tournoi olympique, réussissant à battre la Française d’origine chinoise Qi Xuefei et la Suisse Sabrina Jaquet. Elle a également donné des sueurs froides à Tai Tzu-ying.

"Jusqu’à présent, le match contre Tai Tzu-ying a été mon préféré parce que je jouais contre mon idole. Les JO et mon idole en même temps, c’était un double bonheur pour moi ! Surtout que j’avais entendu dire qu’elle pourrait prendre sa retraite l’année prochaine, donc c’était peut-être ma seule chance de jouer un jour contre elle", confie Thùy Linh.

Pour Linh, Tai Tzu-ying fut une de ses sources d’inspiration majeure et la jeune badiste vietnamienne voulait lui montrer son meilleur niveau. "Je ne m’inquiétais pas mais j’étais excitée, explique Thùy Linh. Je voulais avoir un match compétitif et montrer mes capacités. Bien sûr, elle ne savait pas toutes mes émotions. C’est une sportive incroyable, mais elle a dû jouer dur pour me prendre des points".

Des objectifs de plus en plus hauts

Concernant ses futurs objectifs, Thùy Linh ne cache pas son ambition de monter sur le podium des SEA Games 31 qui se disputeront en mai 2022 au Vietnam, ainsi que de revenir avec une médaille autour du cou des prochains Championnats du monde.

Thùy Linh souhaite remporter une médaille aux SEA Games 31 qui se disputeront en mai 2022 au Vietnam.
Photo : ST/CVN

"Après les JO, ma confiance et ma compétitivité se sont améliorées. Je pense que je peux bien performer dans d’autres tournois internationaux", insiste-t-elle.

Pour elle, remporter l’or aux SEA Games serait non seulement un exploit remarquable mais aussi la tenue d’une promesse qu’elle a faite à son défunt grand-père, un homme qui l’a toujours encouragée à poursuivre ses rêves.

"Le badminton s’est fortement développé en Asie, notamment en Asie du Sud-Est. Cette région abrite certains des meilleurs joueurs du monde, ce qui fait des SEA Games une compétition vraiment difficile, et gagner une médaille ne sera pas facile", estime Thùy Linh.

Après les JO de Tokyo, elle a commencé une nouvelle campagne avec un volume d’exercices et des niveaux de difficulté plus élevés pour améliorer sa condition physique, sa vitesse et son endurance.

"Être N°1 du Vietnam n’est pas mon objectif final. Comme beaucoup d’autres, je cherche à obtenir toujours de meilleurs résultats. J’espère avoir mon nom sur la carte mondiale du badminton. Et aussi, je souhaite être le premier sportif à remporter une médaille d’or pour le Vietnam aux SEA Games", explique-t-elle.

Une place dans le Top 30 mondial et une place dans le Top 3 des prochains SEA Games sont ses priorités absolues. En gagnant en confiance et en technique, elle peut prétendre aux plus belles place aux prochains JO qui se tiendront à Paris en 2024.

"Toutes les chances sont de mon côté, même si je devrai certainement affronter de nombreux rivaux puissants comme Tai Tzu-ying sur la voie du succès. Je vais travailler de plus en plus dur pour aller le plus loin possible", affirme-t-elle, avec des étoiles dans les yeux.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La peinture sur soie dans l’histoire des beaux-arts du Vietnam

Buôn Ma Thuôt, une ville écologique, moderne et riche en identité culturelle  Après la guerre, Buôn Ma Thuôt était un véritable champ de ruines. Mais en quelques décennies, la ville a réussi à renaître de ses cendres et développer son urbanisation. La verdure qui est omniprésente sur place apporte une véritable plus-value au bien-être des habitants.