22/06/2021 11:21
Le Comité populaire de Hanoï a permis aux salons de coiffure, aux établissements de restauration sur place de reprendre leurs activités à partir de 00h00 mardi 22 juin, en respectant les règles sur la prévention et la lutte contre le coronavirus.
>>Le Premier ministre optimiste sur les résultats de la lutte contre le COVID-19
>>COVID-19 : le Vietnam confirme deux décès supplémentaires

Un restaurant dans la rue Thi Sach, à Hanoï, le 22 juin.
Photo : VNA/CVN

Conformément aux règles sur la prévention et la lutte contre le coronavirus, tous les services de Hanoï ne servent qu'au maximum 20 personnes et doivent fermer quotidiennement ses portes avant 21h. La vente à emporter est autorisée pour les restaurants de bière et de vin. 

En outre, les propriétaires des établissements de services doivent assurer une mise en œuvre stricte de mesures visant à prévenir et à lutter contre l'épidémie et demandent aux clients de faire une déclaration médicale.

Toutes les personnes des autres villes et provinces qui retournent à Hanoï doivent faire une déclaration médicale pendant 24 heures. Les autorités locales collaborent avec les équipes communautaires contre le COVID-19 pour établir et gérer la liste des personnes revenant d'autres localités à Hanoï, notamment de Hô Chi Minh-Ville, Binh Duong, Nghê An, Hà Tinh et Dà Nang.

Hanoï recommande également aux habitants de la capitale de restreindre les déplacements vers les villes et provinces mentionnées ci-dessus, sauf en cas d'absolue nécessité, et de suivre strictement le message 5K : Khâu trang (Masque), Khu khuân (Désinfection), Khoang cach (Distance), Không tu tâp (Sans rassemblement) et Khai bao y tê (Déclaration de l’état de santé). 

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.