18/04/2021 06:38
Le Vietnam compte 6,2 millions de personnes handicapées, soit 7,06% de sa population. Les activités de soins en leur faveur ont obtenu des résultats encourageants mais des faiblesses existent encore. Solutions.
>>Un jeune handicapé au cœur d’or
>>Les handicapés, les plus touchés par le COVID-19 au Vietnam
>>Aider des handicapés à accéder au marché du travail

Au Centre de réhabilitation fonctionnelle pour handicapés de Thuy An, à Hanoï.

Photo : Anh Tuân/ VNA/CVN

Le Vietnam a un taux de personnes handicapées parmi les plus élevés dans le monde, avec 6,2 millions, soit plus de 7% de sa population âgée de plus de 2 ans. Parmi ces personnes, 58% sont des femmes et 28,3% des enfants.

Changer de regard

"Ces dernières années, le Parti et l’État ont accordé une attention particulière à la protection, à la promotion des droits et à l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation de handicap", a souligné le vice-ministre du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales Lê Tân Dung lors d’une récente conférence organisée à Hanoï. 

Selon lui, la société devrait changer la vision qu’elle porte sur les personnes handicapées, le préalable nécessaire afin de créer les conditions favorables pour qu’elles puissent s’intégrer au mieux et s’épanouir normalement.

C’est pour cette raison que le vice-ministre a demandé de continuer de mettre en œuvre des modèles pour la création de moyens de subsistance adaptés aux personnes invalides, mais aussi de mettre à jour le corpus juridique protégeant leurs droits et ainsi les rendre conformes à la Convention des Nations unies relative aux droits des handicapés. 

Dans le même temps, Lê Tân Dung insiste sur le fait qu’il faut mettre l’accent sur les politiques de renforcement de leur accès à l’éducation et à l’enseignement professionnel, ainsi que leur créer davantage d’emplois et de moyens de subsistance.

Il est aussi important, selon lui, d’organiser des activités sportives et culturelles en faveur des personnes handicapées, afin de créer des conditions favorables pour qu’elles puissent participer aux tournois sportifs de haut niveau. D’après Nguyên Van Hôi, directeur du Département de la protection sociale, le soutien aux personnes ayant un handicap est toujours une préoccupation prioritaire, et ce à tous les échelons et secteurs. En 2020, l’État a ainsi versé 17.696 milliards de dôngs aux localités pour mettre en œuvre l’arrêté No136/2013 sur l’aide sociale aux personnes nécessiteuses, et 374 milliards de dôngs à l’assistance éducative des personnes handicapées. 

La même année, plus de 39.000 personnes invalides ont reçu des cartes d’assurance santé gratuites. Environ 3.000 travailleurs handicapés ruraux ont suivi un cours d’apprentissage gratuit. Des milliers de malvoyants ont bénéficié de prêts pour développer des activités économiques dans le cadre familial. En outre, ces personnes défavorisées bénéficient d’une exonération allant de 15% à 100% sur les prix des transports en commun.

Faible prise de conscience

Néanmoins, à côté de ces efforts indéniables, il existe encore des faiblesses, notamment dans la publication de textes légaux protégeant les personnes handicapées. Également, encore trop peu d’entre elles bénéficient de cours d’apprentissage ou de prêts leur permettant de démarrer une activité économique. L’accès aux moyens de transport est aussi toujours un problème, notamment en zone rurale.

La cause de cette situation vient principalement de la faible prise de conscience de certaines localités sur la nécessité de protéger et soutenir les personnes handicapées. Par exemple, il est clair que trop peu d’établissements leur sont accessibles.

Dans le monde, environ 30% des personnes handicapées ont perdu leur emploi pendant la pandémie de COVID-19, près de 50% ont réduit leurs heures de travail et près de 60% ont subi une baisse salariale. Ces chiffres ont été présentés lors d’un récent colloque organisé à Hanoï par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), en coopération avec l’Institut
d’études pour le développement communautaire. L’objectif était de trouver les mesures pour garantir l’emploi des personnes en situation de handicap.

En effet, le COVID-19 a provoqué des "dommages massifs" sur l’emploi  avec l’équivalent de 255 millions d’emplois perdus en 2020 dans le monde. Au Vietnam, les 6,2 millions de personnes handicapées ont aussi été particulièrement touchées par les effets de la pandémie.

Cette crise permet ainsi de comprendre qu’il faut davantage garantir les droits des personnes handicapées et leur créer des opportunités pour qu’elles puissent s’épanouir comme tout un chacun et contribuer aux efforts de relance économique du pays.

Faciliter l’accès à l’emploi

Un cours de couture au Centre de formation professionnelle à Thai Binh (Nord).
Photo : Thê Duyêt/VNA/CVN

Diana Torres, représentante résidente du PNUD au Vietnam, a souligné qu’en travaillant ensemble pour protéger les droits à l’emploi des personnes handicapées, on prend des mesures concrètes pour "ne laisser personne sur la touche" conformément au slogan national et pour remplir les Objectifs de développement durable (ODD).

Actuellement, le PNUD au Vietnam coopère étroitement avec des partenaires vietnamiens afin de créer des conditions favorables à un meilleur accès des personnes handicapées à la formation professionnelle et au marché du travail.
L’année dernière, le PNUD a, par exemple, aidé le Centre de santé du district de Luong Son, province de Hoà Binh (Nord), à construire des rampes et des toilettes permettant d’améliorer l’accessibilité des patients, notament des personnes à mobilité réduite.
Huong Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.