Prestataire de services d’énergie, un nouveau modèle au Vietnam

La Compagnie de consultation et d’investissement dans l’énergie Viet (Viet ESCO) a fourni des services d’économies énergétiques dans plusieurs hôtels 5 étoiles à Hanoi et Hô Chi Minh-Ville. Les premiers résultats sont encourageants.

Ce modèle économique qui est arrivé au Vietnam en février 2012 permet à leur bénéficiaire de ne pas investir dans l’acquisition d’un système d’économies énergiques et, au quotidien, d’optimiser leur consommation d’énergie.
L’hôtel Legend, dans le 1er arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, en est un bon exemple. Bénéficiant d’une assistance financière et technique du gouvernement vietnamien et de plusieurs groupes japonais, le projet de Viet ESCO a aidé cet établissement à réduire
de 25% sa consommation d'énergie.

Des ingénieurs de la compagnie Viet ESCO installent un système de contrôle de l'énergie à l’hôtel Legend (Hô Chi Minh-Ville).


Mis en service en fin d’année dernière, ce projet comprenait l’installation de pompes, de fours à vapeur, de douches, de ventilateurs... ainsi que d’un réseau électronique de gestion de l’énergie.
Un groupe d’ingénieurs de Viet ESCO a étudié le réseau d'énergie de l’hôtel et les données en relation des années précédentes. «Afin de persuader le client, nous avons dû proposer un modèle technique à réaliser, calculer le pourcentage d’économies d’énergie, le bénéfice réalisé, etc.», explique un responsable de cette entreprise.
D’après Huynh Kim Tuoc, président du conseil d’administration de Viet ESCO, «il s’agit d’un nouveau service au Vietnam. C’est pourquoi nous consacrons beaucoup de temps à convaincre les clients». Son entreprise s’est engagée à ne pas causer des ruptures électriques pendant la durée d’installation des nouveaux équipements.
Trân Hiêu Trung, directeur chargé des affaires commerciales et de l’investissement de Viet ESCO, souligne qu’en recourant à ce modèle, les entreprises en retireront trois avantages : aucun investissement dans l’équipement, des profits grâce aux économies d’énergie, et, enfin, l'acquisition de la propriété du système à la fin du contrat.
Pénurie de capitaux
Selon Huynh Kim Tuoc, le manque de capitaux est un problème. «Si nous avions 50 millions de dollars, nous pourrions réaliser davantage d’affaires», explique-t-il.
Actuellement, en l’absence de politiques bancaires spécifiques aux services dans l’énergie, Viet ESCO ne peut recourir au crédit bancaire. «Notre modèle de service a des perspectives au Vietnam, mais son développement n’est pas aisé», déclare M. Tuoc.
À ce jour, une cinquantaine d’établissements sont clients de Viet ESCO. «Cependant, afin que les deux parties s’accordent, il faut de longues négociations», explique Trân Hiêu Trung. Et d'ajouter qu’une enseigne ou une marque prestigieuse, une bonne capacité financière et un engagement contractuel de longue durée sont, pour Viet ESCO, les critères de sélection de la clientèle.

Hoàng Phuong/CVN