19/10/2021 17:30
Suite à la crise du coronavirus, la délégation de la Commission européenne (CE) n’a pas pu se rendre au Vietnam pour examiner les efforts du pays dans sa lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Une réunion en la matière entre le Département général des produits aquatiques du Vietnam et la CE est prévue le 27 octobre sous forme virtuelle.
>>Les garde-frontières durcissent les mesures contre la pêche illicite
>>Développer une pêche responsable et durable
>>Pêche illicite : les violations sévèrement sanctionnées

Au port de Thuân An, province de Thua Thiên-Huê (Centre).
Photo : Dô Truong/VNA/CVN

Le Vietnam avait été averti, en septembre 2017, par un "carton jaune" de la Commission européenne (CE) après que le pays ait échoué à montrer des progrès suffisants dans sa lutte contre la pêche INN. La CE avait alors donné neuf recommandations au Vietnam à mettre en œuvre afin que l'avertissement puisse être retiré. Ces recommandations ont été réduites à quatre après deux examens en mai 2018 et novembre 2019.

Le règlement de l’Union européenne (UE) lié la pêche INN est entré en vigueur en 2010 dans le but de promouvoir une meilleure gouvernance des océans et de préserver le caractère durable des pêches à l'échelle mondiale.

À ce jour, 27 pays ont été avertis par la CE. Dans lesquels, 21 pays ont été avertis d’un "carton jaune" et six autres se sont vu appliquer un "carton rouge". Trois pays ont pu retirer leur "carton rouge" et 14 leur "carton jaune".

Impacts économiques

Les produits aquatiques représentent environ 4% des exportations nationales et occupent le 5e rang parmi les produits exportés du Vietnam en termes de valeur.

Le "carton jaune" a causé des impacts négatifs pour le secteur des produits aquatiques du Vietnam. Afin d’estimer ces impacts économiques de la pêche INN, l’Association vietnamienne des producteurs et exportateurs de produits aquatiques (VASEP), en collaboration avec la Banque mondiale, vient de lancer un rapport.

Conformément à ce dernier, depuis 2017, le "carton jaune" de la CE a entraîné une baisse de 12% des exportations de produits aquatiques du Vietnam vers le marché de l’UE, soit 183,5 millions d’USD. Depuis 2019, l’UE est passée de la 2e à la 4e place parmi les importateurs de produits aquatiques vietnamiens, après les États-Unis, le Japon et la Chine.

Après l’avertissement, entre 2017 et 2019, le Vietnam a connu une baisse de plus de 10% de la valeur totale des exportations des produits aquatiques, soit 43 millions d’USD.

Transformation de produits aquatiques pour l'exportation.
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

L’année dernière, à cause des impacts causés par le "carton jaune", le Brexit et la pandémie de COVID-19, le montant des exportations de ces produits en UE a atteint 959 millions d’USD, soit une baisse de 5,7% rapport à 2019.

Toutefois, l’UE demeure un marché et un partenaire importants pour le secteur des produits aquatiques du Vietnam, a souligné la vice-présidente de la VASEP, Nguyên Thi Thu Sac. Les experts avertissent qu’en cas de "carton rouge" de la CE, l’impact le plus immédiat et le plus direct sera une interdiction de commercialisation de la CE. Si les produits aquatiques vietnamiens perdaient le marché de l’UE, les pertes seraient estimées à environ 480 millions d’USD par an.

Des efforts importants

Afin de se voir retirer son "carton jaune", en 2017, le Vietnam a publié la Loi sur les produits aquatiques, entrée en vigueur le 1er janvier 2019, témoignant d’un engagement fort en la matière.

Le gouvernement et le Comité national de direction de la lutte contre la pêche INN ont publié des textes demandant aux ministères et organes compétents, ainsi qu’aux autorités des 28 villes et provinces du ressort central se partageant les quelque 3.200 km de côtes vietnamiennes, de prendre des mesures drastiques contre la pêche INN.

Le Vietnam a construit une base de données des navires de pêche (enregistrement, immatriculation, délivrance de licences de pêche) créant ainsi une connexion du central au local.

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MARD) envoie souvent des équipes de travail à divers niveaux pour examiner et diriger des activités contre la pêche INN dans différentes localités.

Selon un rapport du MARD, à ce jour, le pays a installé un système de surveillance des navires par satellite (VMS) dans près de 27.000 navires de pêche hauturière.

Lors d'une récente réunion en ligne entre le gouvernement et les ministères, les secteurs concernés et les provinces et villes côtières sur la lutte contre la pêche INN, le Premier ministre Pham Minh Chinh a souligné qu'après près de quatre ans de mise en œuvre des recommandations de la CE, le Vietnam a atteint des résultats prometteurs, mais il reste encore des choses à faire. Le chef du gouvernement a demandé l’achèvement d’installation du VMS, particulièrement dans les provinces de Quang Ninh (Nord), Hà Tinh, Quang Tri (Centre) et Trà Vinh (Sud).

Selon la direction du Premier ministre Pham Minh Chinh, d'ici la fin 2021, le Vietnam devra arrêter toute activité de pêche INN afin que la CE puisse retirer son "carton jaune". Pas seulement pour les propres intérêts du Vietnam mais aussi pour la protection de l'environnement et des ressources aquatiques communes de la région et du monde. Il est temps pour le Vietnam d’affirmer qu’il est un membre responsable de la communauté internationale.

Hoàng Phuong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.