24/01/2019 18:19
Les députés grecs sont appelés jeudi 24 janvier à mettre un terme à 30 ans de contentieux entre la Grèce et la Macédoine, en se prononçant sur le nouveau nom de la République balkanique voisine, une question qui sème la zizanie sur l'échiquier politique grec.
>>Nom de la Macédoine: incidents lors d'une manifestation à Athènes
>>Référendum sur le nom de la Macédoine: le président Ivanov appelle au boycott
>>Macédoine: le Parlement ratifie l'accord sur le nom

Manifestation contre le nouveau nom de la Macédoine, le 20 janvier à Athènes.
Photo: AFP/VNA/CVN

Entamé mercredi 23 janvier, le débat doit se conclure dans la nuit de jeudi 24 janvier à vendredi 25 janvier par un vote sur l'accord gréco-macédonien signé en juin dernier rebaptisant le pays voisin en "République de Macédoine du Nord".

Dehors, devant le Parlement à Athènes, les partisans du "non" sont appelés à manifester jeudi soir 24 janvier à l'appel des organisations défendant "la grécité" de la Macédoine.

Dimanche 20 janvier, un rassemblement de dizaines des milliers de personnes avait fini en affrontements entre un groupe de manifestants encagoulés et les forces anti-émeutes, faisant une quarantaine de blessés, dont au moins quatre journalistes et 25 policiers. La majorité des partis politiques grecs affiche une opposition farouche au nouveau nom de la Macédoine du Nord. Malgré cette opposition vent debout, l'accord devrait en principe être validé par au moins 151 voix sur les 300 du Parlement.

Après le "oui" des députés de Macédoine du Nord il y a deux semaines, la ratification par le Parlement grec doit être le dernier acte d'une querelle datant des années 90, lors de la création de ce petit pays balkanique. Outre la normalisation des relations bilatérales, la mise en vigueur de l'accord ouvrira la voie de l'adhésion de la Macédoine du Nord à l'Union européenne et à l'Alliance atlantique, entravée jusqu'ici par le veto d'Athènes. Mais en Grèce, l'appellation du pays voisin continue à nourrir la polémique à la fois dans la classe politique et dans la société, à quelques mois des élections législatives prévues en octobre.

La coalition gouvernementale d'Alexis Tsipras a été la première victime de cette controverse la semaine dernière: le départ du fidèle allié du Premier ministre, le parti souverainiste des Grecs Indépendants (Anel), et la démission de son leader Panos Kammenos du portefeuille de la Défense ont de facto affaibli la majorité du gouvernement.

Lors d'un vote de confiance, Alexis Tsipras a su s'assurer du soutien de 151 députés, une majorité toutefois fragile. Outre les 145 élus de son parti Syriza, le Premier ministre mise sur les voix d'au moins quatre autres députés, dissidents des petits partis de centre-gauche Kinal ou Potami.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

Côn Dao parmi les plus belles destinations pour les voyages hivernaux Le magazine prestigieux Vogue Paris a nommé l'île de Côn Dao dans la province de Bà Ria - Vung Tàu (Sud) parmi les neuf plus belles îles secrètes que les voyageurs devraient visiter cet hiver.