09/06/2020 15:51
Le Comité central de l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA) a organisé une conférence lundi 8 juin à Hanoï pour discuter des activités célébrant des 59 ans de la catastrophe de l'agent orange/dioxine au Vietnam.
>>Inauguration du projet de modernisation du Centre pour les victimes de l'agent orange 
>>Aides japonaises aux victimes vietnamiennes de la dioxine 

Une classe caritative pour des victimes de l’agent orange de la province de Gia Lai (hauts plateaux du Centre).
Photo: VNA/CVN

S'exprimant lors de cette conférence, le vice-président du Comité central de la VAVA, Dang Nam Diên, a dit qu'un échange marquant cet événement aurait lieu mardi 9 août en vue d'étudier l'impact de l'agent orange/dioxine sur les êtres humains et l'environnement vietnamiens ainsi que le soutien du Parti et de l'État vis-à-vis des victimes, des mesures à prenre pour l’itinéraire de lutte pour la justice pour ces vicitmes.

L'échange devrait sensibiliser le public, au pays comme à l'étranger, à la catastrophe d'agent orange/dioxine  largué par l'armée américaine pendant la guerre au Vietnam de 1961 à 1971, le règlement des conséquences de la guerre ainsi que les mesures pour continuer d’accompagner des victimes de l’agent orange/dioxine pour obtenir la justice dans la nouvelle situation.

Pendant la guerre du Vietnam, entre 1961 et 1971, l'armée américaine a largué sur le Vietnam environ 80 millions de litres d’herbicides toxiques à forte teneur en dioxine, l’un des produits toxiques les plus puissants, sur le Vietnam pour détruire la végétation qui couvrait la progression des soldats vietnamiens et les priver de leurs sources de nourriture.

Ce défoliant détruit des plantes mais aussi la vie et la santé des habitants, en provoquant cancer des poumons et de la prostate, maladies de la peau, du cerveau et des systèmes nerveux, respiratoire et circulatoire, cécité, diverses anomalies à la naissance.

Des millions de familles vietnamiennes sont affectées par les défoliants toxiques déversés sur le pays et vivent dans des conditions très difficiles. Cette situation ne s’est pas améliorée; elle persiste aujourd’hui encore avec les enfants de la quatrième génération, victimes eux aussi de la dioxine.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Hoàng A Tuong, un palais à ne pas manquer à Bac Hà Doté d’une architecture unique en son genre, d’inspiration euro-asiatique, le palais de Hoàng A Tuong est une destination qui ne doit pas être négligé si vous venez à Bac Hà, province de Lào Cai (Nord-Ouest).