Mondial : Le Maroc entre dans l'histoire, tant pis pour Ronaldo

Pour le Maroc et pour l'Afrique ! Vainqueur 1-0 du Portugal de Cristiano Ronaldo samedi 10 décembre en quart de finale du Mondial-2022, le Maroc est entré dans l'histoire du football en devenant le premier pays africain à atteindre le dernier carré de la Coupe du monde.

>> Mondial-2022 : sans Ronaldo, les tauliers du Portugal au boulot

>> Mondial-2022 : l'Argentine résiste à tout, Messi continue

>> Mondial-2022 : la Croatie ne se rend jamais, le Brésil en larmes

Le sélectionneur du Maroc, Walid Regragui, porté en triomphe par ses joueurs après la victoire contre le Portugal en quart de finale du Mondial, le 10 décembre à Doha. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Cameroun de Roger Milla en 1990 et le Sénégal d'El-Hadji Diouf en 2002 s'en étaient approchés de très près, le Ghana d'Asamoah Gyan encore plus en 2010, quand il avait fallu une main volontaire de Luis Suarez puis une séance de tirs au but pour le priver de demi-finale.

Samedi 10 décembre, le Maroc y est parvenu, enfin, au prix d'un courage admirable et d'une défense de fer, au fil d'un parcours redoutable qui l'a vu affronter en poules la Croatie, vice-championne du monde, et la Belgique, 3e du précédent Mondial, avant de se frotter avec succès à deux grandes puissances du football mondial, l'Espagne puis le Portugal, en phase à élimination directe.

"Ça y est, ils l’ont fait !!!! Bravo le Maroc pour cet exploit. Vive l’Afrique !", a immédiatement tweeté Didier Drogba, légende du football africain qui n'a jamais pu approcher cet accomplissement historique avec la Côte d'Ivoire.

L'attaquant Youssef En-Nesyri (centre) vient de marquer contre le Portugal en quart de finale du Mondial, le 10 décembre à Doha. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Au stade d'Al-Thumama, les joueurs du Maroc ont fini éparpillés dans tous les coins du terrain au coup de sifflet final, épuisés, bouleversés, n'en revenant pas, s'enroulant dans des drapeaux rouges à l'étoile verte pour ceux qui parvenaient à rester debout.

Ronaldo en larmes

Ils se sont ensuite agenouillés devant la tribune la plus bruyante, mais elles l'étaient toutes, pour saluer les complices de cet exploit: le public venu les soutenir. "J'avais dit aux gars avant le match qu'il fallait écrire l'histoire pour l'Afrique", a dit après coup le sélectionneur Walid Regragui.

Au même moment, les images télé montraient Cristiano Ronaldo effondré dans le couloir du stade, secoué de sanglots. Encore remplaçant au coup d'envoi, le quintuple Ballon d'Or est entré en jeu et a ainsi égalé le record mondial du nombre de sélections, avec 196.

La tristesse de Cristiano Ronaldo après l'élimination du Portugal en quart de finale du Mondial, le 10 décembre à Doha. Photo : AFP/VNA/CVN

Même pour un affamé de records comme lui, ça n'a pas la moindre importance. Il quitte sa cinquième Coupe du monde sans avoir pu s'approcher du trophée et, alors qu'il a 37 ans, il sait qu'il ne la gagnera probablement jamais.

Les héros du jour, de toutes façons, étaient Marocains. Le premier est le buteur, Youssef En-Nesyri. À la 42e minute, il a sauté très, très haut sur un centre de Yahya Attiat-Allah, plus haut que Ruben Dias, et a profité de la mauvaise sortie de Diogo Costa pour marquer.

Ensuite, le Maroc a défendu. Il n'a presque rien fait d'autre mais il l'a fait avec courage, force et sans jamais paniquer. Malgré l'absence de leur défenseur central Nayef Aguerd, les Lions de l'Atlas ont tout repoussé, du pied comme de la tête.

pour Harit

Joao Felix par trois fois, Bruno Fernandes, qui a touché la barre (45e), puis en fin de match Rafael Leao, quand la présence de Ronaldo dans la surface était une souffrance supplémentaire pour les Marocains, ont bien essayé. Mais le gardien Yassine Bounou a tout sorti, y compris quand son équipe jouait à 10 après l'expulsion de Walid Cheddira.

De toutes façons, pour marquer un but aux Lions dans ce tournoi, il faut être... Marocain. Le seul but encaissé par le Maroc depuis le début de la Coupe du monde a en effet été signé Aguerd sur un contre son camp malchanceux.

Le triomphe de samedi est aussi celui de Walid Regragui, arrivé à la tête de l'équipe à la place de Vahid Halilhodzic moins de trois mois avant le début du Mondial, et qui en a fait une redoutable machine, malgré l'absence sur blessure d'Amine Harit, l'un de ses principaux atouts.

"MAGNIFIQUE PUTAINNNNN MES FRÈRES ! DIMA MAGRIBBBBBB (Vive le Maroc, NDLR)", a d'ailleurs tweeté le Marseillais.

Les Marocains sont marqués physiquement et leur capitaine Romain Saïss a dû sortir du terrain sur une civière. Mais ils sont entrés dans l'histoire et sont portés par elle. Et maintenant, ils attendent les Bleus ou l'Angleterre ! Pour une première finale pour l'Afrique.

AFP/VNA/CVN

back to top