18/12/2019 22:42
En collaboration avec le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme et l'Institut national de la culture et des arts du Vietnam (VICAS), le Bureau de l'UNESCO à Hanoï a organisé mercredi 18 décembre un atelier thématique sur le thème : "Mobilisation des médias en tant que partenaires efficaces dans la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel".
>>Les pratiques du then, patrimoine culturel immatériel de l’humanité
>>Préservation et valorisation des chants populaires quan ho en Europe


Dr Frank Proschan (2e, gauche) lors de l’atelier thématique sur la "Mobilisation des médias en tant que partenaires efficaces dans la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.


Avec comme but de présenter les concepts clés de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003, et le rôle important des médias dans la promotion de ces patrimoines au Vietnam, cet atelier a attiré une dizaine de  journalistes, responsables, chercheurs, experts du secteur.

Le Dr Frank Proschan, ancien responsable de programme de l'UNESCO, a expliqué les concepts clés et les approches principales de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003.

Selon lui, le Vietnam a  pris bien des mesures pour sauvegarder ses patrimoines culturels immatériels, pour répondre à cette Convention de l’UNESCO. 

Le Vietnam profite bien les mécanismes de cette convention pour inscrire ses patrimoines sur la liste de protection de l'UNESCO. Par exemple, les pratiques du then par les groupes ethniques Tày, Nùng et Thai au Vietnam viennent d’être inscrites sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le Vietnam est parmi les premières nations de l’Asie-Pacifique dans la promotion des patrimoines culturels immatériels de l’humanité auprès du public.
Bien que le concept de "patrimoine culturel immatériel" soit couramment utilisé par les médias, il existe encore de fausses idées sur cette notion. Cet événement est une occasion importante pour les médias du pays de mieux comprendre le concept de "patrimoine culturel immatériel" dans la Convention de 2003 de l’UNESCO.

Il ne fait aucun doute que les médias jouent un rôle important dans la sensibilisation du public, en particulier des jeunes, à l'importance du patrimoine culturel immatériel. Ils fonctionnent comme un outil pour le sauvegarder et partager des informations. Ils sont aussi des canaux importants pour créer des archives photographiques et audiovisuels.

Rôle des journalistes

Vue générale de l’atelier.

Le Dr Frank Proschan a expliqué également comment parvenir à une approche équitable et éviter de créer des hiérarchies entre les différentes expressions culturelles.

L’atelier s’est penché également sur le rôle des journalistes dans la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Il s’agit des prémisses pour une communication plus efficace pour rehausser la compréhension du public.

D’après Pham Cao Quy, expert du département du patrimoine culturel, ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, "des compréhensions profondes du patrimoine culturel immatériel sont nécessaires".

"La diversité culturelle est la valeur fondamentale de la Convention de 2003 de l’UNESCO (...) Nous devons avoir une campagne médiatique sur ce thème. Il faut créer un réseau d’échange d’informations entre journalistes, chercheurs et experts pour promouvoir le patrimoine culturel immatériel" dit Nguyên Thi Thu Trang, cheffe du Bureau de gestion des patrimoines cuturels immatériels, ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme.
 
À noter que le Dr Frank Proschan est ethnologue folkloriste. Pendant des décennies, il a collaboré avec des collègues au Vietnam, au Laos, en Thaïlande et au Cambodge pour étudier les questions linguistiques, folkloriques et ethnographiques et pour renforcer les capacités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et le développement des musées. En 2006, il a travaillé à l'UNESCO, soutenant la mise en œuvre mondiale de la Convention de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel jusqu'à sa retraite en 2015. En 2019-2020, il est boursier du programme américain Fulbright. Il est également enseignant postuniversitaire au Département d'anthropologie, Université des sciences sociales et humaines, Université nationale de Hanoï.

Selon la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2003, on entend par le patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Texte et photos : Nguyên Tùng/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Hanoï voit ses revenus du tourisme augmenter malgré le COVID-19 Bien que le tourisme au premier mois de l’année ait connu des fluctuations considérables en raison des effets des intempéries et de l’épidémie de coronavirus, les revenus du secteur à Hanoï demeurent positives.