04/10/2021 15:58
La grande favorite kényane Brigid Kosgei qui rêvait d'une troisième victoire consécutive dans le marathon de Londres a craqué dans le final dimanche 3 octobre et a dû laisser la victoire à sa compatriote Joyciline Jepkosgei.
>>Marathon des Sables : 700 coureurs à l'assaut de 250 km dans le désert
>>Marathon de Berlin : Bekele vise le record du monde de Kipchoge

La Kényane Joyciline Jepkosgei sur la haute marche du podium du marathon de Londres, devant les Éthiopiennes Ashete Bekere (gauche) et Degitu Azimeraw, le 3 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Disputée dans des conditions de course idéales, sans soleil mais sans pluie et avec un vent modéré, l'édition 2021 du prestigieux marathon de Londres a joué un mauvais tour aux favoris.

Dans l'épreuve féminine, tout le monde attendait la détentrice du record du monde (2h 14 min 04 sec) et double tenante du titre Brigid Kosgei qui pouvait devenir la deuxième après l'Allemande Katrin Dörre, sacrée entre 1992, 1993 et 1994, à enchaîner trois victoires de suite dans les rues de la capitale britannique.

Mais moins de deux mois après l'éprouvant marathon des Jeux olympiques de Tokyo, dont elle avait terminé 2e, Kosgei a manqué de jus dans les derniers kilomètres pour rester dans la course jusqu'au bout et a fini à la 4e place, à près d'une minute de la vainqueur du jour.

Déjà lauréate du marathon de New York l'an dernier, Jepkosgei, 28 ans, a ajouté à son palmarès l'épreuve londonienne avec à la clef un nouveau record personnel (2h 17 min 43 sec).

La Kényane, vice-championne du monde du semi-marathon en 2018, a été la plus solide, semant une à une, dans le final, les quatre autres membres du groupe de cinq qui avait rapidement pris le contrôle de la course.

Sa dernière accélération à sept kilomètres de l'arrivée lui a permis de devancer les deux Éthiopiennes Degitu Azimeraw, 2e à 15 secondes, et Ashete Bekere, 3e à 35 secondes.

Lemma vainqueur, Kitata loin derrière 

Chez les hommes aussi, la course s'est rapidement durcie, au détriment de l'Éthiopien Shura Kitata qui s'était imposé au sprint l'an dernier, avec une seconde d'avance sur le Kényan Vincent Kipchumba et trois sur Sisay Lemma qui a pris sa revanche en s'imposant cette fois.

Touché aux adducteurs avant les JO, où il avait été contraint à l'abandon, Kitata a été rapidement décroché et a fini 6e, à près de quatre minutes du vainqueur du jour.

C'est la première victoire de Lemma dans un marathon majeur mais il n'est toutefois pas parvenu à améliorer son record personnel réalisé à Berlin en 2019 en 2h 03 min 36 sec.

Lemma a donné une impression d'aisance tout au long de la course. Il s'est imposé en 2h 04 min 01 sec et a rélégué Kimpchumba, encore une fois 2e, à 27 secondes, devant un autre Ethiopien, Mosinet Geremew, 3e à 40 secondes.


AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.