19/02/2021 16:59
Emmanuel Macron a proposé jeudi 18 février que les pays riches transfèrent de 3 à 5% des vaccins contre le COVID-19 qu'ils ont en stock à l'Afrique, qui en manque cruellement.
>>Coronavirus : le point sur la pandémie
>>France: Macron s'entretient avec le patron de l'OMS de l'accélération de la vaccination
>>L'OMS examine le vaccin d'AstraZeneca, questions sur son efficacité

Emmanuel Macron à Paris le 18 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dans un entretien au quotidien britannique Financial Times, le chef de l'État français indique qu'il soumettra cette idée à la réunion des dirigeants du G7 vendredi 19 février. La chancelière allemande Angela Merkel est "d'accord" avec cette initiative, précise-t-il.

"Je dis : +transférons 3% ou 5% aujourd'hui des vaccins qu'on a en stock à l'Afrique+. Cela n'a aucun impact sur le rythme de la stratégie vaccinale (dans les pays riches). Ça ne la ralentit pas d'un jour, compte tenu aujourd'hui de l'utilisation de nos doses", déclare-t-il. "C'est l'intérêt des Français et des Européens" car "j'ai plus de 10 millions de nos concitoyens qui ont des familles de l'autre côté de la Méditerranée", souligne le président français.

"Si on laisse s'installer l'idée que des centaines de millions de vaccins sont en train d'être faits dans les pays riches et qu'on ne commence pas dans les pays pauvres, c'est insoutenable", estime Emmanuel Macron. "C'est plutôt une accélération des inégalités mondiales inédite" et "c'est politiquement insoutenable à terme parce que c'est ce qui permet d'installer une guerre d'influence des vaccins. Et vous voyez bien la stratégie chinoise, la stratégie russe aussi".

Il faut, selon lui, "mettre une très forte pression" sur les grands laboratoires pharmaceutiques pour accroître la production de vaccins. S'ils "ne jouent pas le jeu de la coopération, immanquablement montera la question politique, dans tous nos pays, de la propriété intellectuelle", ainsi que "le débat des sur-profits faits sur la raréfaction du vaccin".

"L'objectif est d'embarquer un maximum de partenaires européens et non-européens. Mais si tout le monde n'est pas à bord, la France s'engagera" et donnera ces 5% de doses, a précisé l'Élysée. Il s'agira soit de dons soit de ventes à bas prix. "Nous espérons vivement que demain (au G7) les États-Unis montreront un engagement plus important, y compris financier" dans le dispositif Covax d'allocation de vaccins aux pays pauvres", ajoute l'Élysée.

"Le mécanisme de dons de doses est ouvert aux Russes et aux Chinois. Les Chinois rappellent souvent leur adhésion au multilatéralisme, ils ont l'occasion avec Covax d'en faire la preuve, plutôt qu'une approche bilatérale avec une logique de diplomatie vaccinale, voire de clientélisme", relève Paris.

Emmanuel Macron a participé ces derniers jours à plusieurs réunions sur ce dossier des vaccins, dont la dernière mercredi avec des dirigeants africains, pour plaider pour une accélération de la mise à disposition de vaccins dans les pays pauvres. Il s'en est aussi entretenu jeudi avec le président indonésien Joko Widodo, les deux hommes partageant "l'objectif de faire du vaccin un bien public mondial", selon l'Élysée.

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Vung Viêng, un paisible village de pêcheurs à Quang Ninh Les touristes pourront trouver un havre de paix au cœur de la baie de Bai Tu Long, province de Quang Ninh (Nord). Il s’agit du village flottant de pêcheurs de Vung Viêng, qui a conservé sa simplicité et sa tranquillité.