13/12/2021 15:38
Emmanuel Macron rencontre lundi 13 décembre à Budapest le Premier ministre hongrois Viktor Orban, son adversaire dans l'UE côté valeurs mais un allié potentiel sur des sujets comme les investissements, le nucléaire ou la défense européenne, au programme de la présidence française.
>>Macron présente ses priorités pour la présidence française de l'UE
>>L'UE refuse la pression d'une date-butoir pour une adhésion des Balkans

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban et le président français Emmanuel Macron, près de Ljubljana (Slovénie) le 6 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Ce déplacement, le premier d'un chef d'État français depuis 2007, s'effectue dans le cadre d'un sommet des pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie).

"C'est un adversaire politique, mais un partenaire européen", a souligné jeudi 9 décembre M. Macron, qui boucle ainsi sa tournée des 26 autres capitales de l'Union européenne. "Quelles que soient nos sensibilités politiques, nos choix, nous devons travailler ensemble pour notre Europe".

"Il est très clair que sur le sujet de l'État de droit, il y aura des désaccords, mais je pense que sur les sujets de souveraineté, sur le sujet du modèle de croissance et sur des sujets multiples, il peut y avoir aussi une capacité à trouver des compromis utiles", a-t-il ajouté.

Viktor Orban a pourtant souvent été cité par Emmanuel Macron comme le chef de file d'un camp nationaliste et souverainiste dans l'UE, auquel il oppose celui des europhiles "progressistes".

Terrains d'entente

Avec la Pologne, la Hongrie a adopté plusieurs lois contestées à Bruxelles, notamment un texte interdisant la représentation de l'homosexualité auprès des moins de 18 ans. Et comme Varsovie, elle conteste la suprématie du droit européen sur le droit national.

En riposte, la Commission a lancé plusieurs procédures à leur encontre pour atteinte à l'état de droit et aux valeurs de l'UE, en particulier un mécanisme de "conditionnalité" des aides européennes, qui bloque le versement de subventions à la relance.

Mais ces sujets "ne sont pas nécessairement liés" aux accords qui peuvent être trouvés sur la souveraineté numérique, le renforcement de l'Europe de la défense, un budget européen d'investissements ou encore des alliances industrielles, a fait valoir la présidence française.

Les deux dirigeants avaient déjà trouvé des terrains d'entente lorsque Emmanuel Macron avait reçu Viktor Orban en octobre 2019, en particulier sur la protection des frontières et la nécessité d'une défense européenne.

L'Élysée assure cependant que le président français parlera des points de désaccord et n'a "pas l'habitude d'esquiver", alors que la communauté LGBT+ hongroise l'a appelé à évoquer la question lors de sa rencontre avec M. Orban, dans une lettre ouverte au magazine français Têtu.

Dès son arrivée à Budapest prévue à 11h30 heure locale (10h30 GMT), Emmanuel Macron ira d'ailleurs se recueillir sur la tombe de la philosophe Agnes Heller, décédée en 2019, une figure de l'opposition qu'il avait reçue à Paris en 2018.

Il rencontrera en outre Gergely Karacsony, le maire de Budapest, ainsi que d'autres représentants des partis anti-Orban dont Peter Marki-Zay, candidat unique de l'opposition qui espère aux législatives d'avril 2022 renverser le Premier ministre hongrois, au pouvoir depuis 2010. Ce qui fait de lui le plus ancien dirigeant de l'UE en exercice depuis le départ d'Angela Merkel.

En recevant Emmanuel Macron après avoir récemment déroulé le tapis rouge à Marine Le Pen ou Eric Zemmour, deux personnalités françaises d'extrême droite qui briguent la présidence, "Viktor Orban peut démontrer son importance européenne" bien au-delà du poids de son pays de 9,8 millions d'habitants, explique Eszter Petronella Soos, politologue hongroise spécialiste de la France.

Et au niveau bilatéral, "malgré les divergences entre un Emmanuel Macron libéral et un Viktor Orban conservateur, des points de coopération importants existent, par exemple sur la politique énergétique entre ces deux partisans du nucléaire", commente Daniel Deak, analyste pro-Orban de l'Institut hongrois du XXIe siècle.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Souvenirs de Hanoï éclairés par Kirigami, l'art japonais du découpage de papier

Nécessité d'une politique de visa plus ouverte pour attirer les touristes étrangers Le nombre de touristes internationaux au Vietnam reste encore limité. Les agences de gestion et de voyages estiment que la politique de visa du pays doit encore être plus ouverte.