L'obligation de protéger l'environnement en période de conflit armé

Lors d’une séance de discussion de la Sixième Commission de l’Assemblée générale des Nations unies, tenue le 26 octobre à New York, le Vietnam a pris en haute considération les principes fondamentaux du droit international et l'obligation de protéger l'environnement en période de conflit armé.

>> Le Vietnam au Conseil des droits de l’homme, reconnaissance internationale

>> Quatorze États élus au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

>> Le Vietnam continue la garantie et la promotion des droits de l’homme

Vue de la séance de discussion de la Sixième Commission de l’Assemblée générale des Nations unies.
Photo : VNA/CVN

Cette séance de discussion de la Sixième Commission, chargée des questions juridiques, s’est concentrée sur le premier groupe de chapitres du rapport de la Commission du droit international (CDI).

L’assistant du ministre vietnamien des Affaires étrangères, Nguyên Minh Vu, a mentionné l’annexe au projet de conclusions sur la détermination et les conséquences juridiques des normes impératives du droit international général (jus cogens), qui contient une liste non exhaustive des normes impératives.

Les principes codifiés par la Charte des Nations unies et la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États conformément à la Charte des Nations unies devraient du reste être inclus dans la liste, a-t-il estimé.

Le représentant vietnamien s’est dit conscient des conséquences à long terme de conflits sur l’environnement, soulignant que ce sujet constituait "une question centrale". Toute entité responsable de dégâts environnementaux doit garantir les réparations, retirer les restes de guerre, fournir une assistance et dédommager les victimes, a-t-il indiqué.

VNA/CVN


back to top