L'humoriste français Jean-Yves Lafesse quitte la scène à 64 ans

Un homme "sympa", "marrant", "vrai" : l'humoriste français Jean-Yves Lafesse, réputé pour ses canulars téléphoniques, est mort jeudi 22 juillet à l'âge de 64 ans à Vannes, sa région d'origine où il s'était installé il y a deux ans.

>>Décès du chorégraphe et danseur allemand Raimund Hoghe

>>Décès de Françoise Arnoul, la Nini de French Cancan de Renoir

>>Décès de l'actrice espagnole Pilar Bardem, mère de Javier Bardem

Jean-Yves Lafesse dans un studio d'Europe 1 à Paris, le 15 septembre 1986
Photo : AFP/VNA/CVN

Né à Pontivy (Morbihan) en 1957, ce précurseur des gags par caméra cachée souffrait de la maladie de Charcot, diagnostiquée il y a un an, a indiqué sa famille en annonçant son décès à l'AFP.

Malgré cette maladie, sa mort a surpris ceux qui le fréquentaient régulièrement. "Je suis effondré... Je l’ai eu au téléphone il y a dix jours. (...) Il était serein", a confié l'humoriste Raphaël Mezrahi qui se dit "en deuil".

"Son état s'était brutalement dégradé dans les dernières 24 heures", a expliqué un proche de l'humoriste. L'artiste avait débuté à la radio dans les années 1980, au moment de l'éclosion des radios libres.

"Lafesse, un ancien compagnon de route de Radio Nova, c'est l’auteur en 1984 de ces impostures téléphoniques dont vous vous rappelez forcément", a écrit l'une de ces premières radios libres où il avait fait ses premières gammes.

Repéré par les télévisions publiques comme privées, sa carrière était lancée quelques années plus tard.

Parallèlement à la télévision et à ses vidéos, il prête ses talents de comédien à plusieurs réalisateurs, comme à Pascal Chaumeil, dans l'Arnacoeur (2010), ou à Mélanie Auffret dans Roxane, sorti en 2019.

Il y a quelques années, il avait créé le personnage de Germaine Ledoux. "Je suis habité par une petite vieille", disait-il à propos de sa création.

Le confinement semblait avoir encore renforcé sa popularité. Interrogé en mai 2020 par France 3 Bretagne, il déclarait : "J'ai joué mon rôle (depuis le début du confinement). Celui de déconneur professionnel. J'ai mis régulièrement en ligne des petites vidéos humoristiques sur ma page Facebook. Je suis passé de 180.000 à 300.000 abonnés durant le confinement. La preuve que le rire reste indispensable en toutes circonstances".

AFP/VNA/CVN

back to top