Lever la barrière de la langue pour les élèves d’ethnie minoritaire

Pour enseigner aux enfants d’ethnies minoritaires, qui ne parlent pas le vietnamien, de nombreux professeures de la province de Diên Biên (Nord) apprennent eux-mêmes la langue maternelle de leurs élèves.

>> Rentrée scolaire pour plus de 22 millions des élèves et étudiants

>> La nouvelle année scolaire commence dans le district insulaire de Truong Sa

>> Le combat contre l’analphabétisme d’un enseignant bénévole

Lors d'un cours de vietnamien à l'école maternelle de la commune de Ta Ma, province de Diên Biên (Nord).
Photo : VNA/CVN

Située à environ 40 km du district de Tuân Giao, province de Diên Biên, l’école maternelle de la commune de Ta Ma compte 462 élèves, la plupart sont des H’mông et de Khang, ne connaissant que leur langue ethnique. Cependant, à leur arrivée à l’école, les enseignants s’expriment en vietnamien, la langue officielle du Vietnam et le programme éducatif se déroule également en vietnamien. Les différences linguistiques entre les enseignants et les étudiants ont posé d’importants défis.

Hà Thi Mên, directrice adjointe, informe que les enfants locaux ne connaissaient absolument pas la langue vietnamienne lorsqu’ils sont entrés à l’école. Certains ne pouvaient même pas exprimer leurs besoins fondamentaux comme demander de l’eau ou à aller aux toilettes. La barrière de la langue rend les enfants plus timides et moins confiants en classe.

“Pour garantir la qualité de l’enseignement et de l'apprentissage, les 29 enseignants de l’école se sont inscrits pour apprendre une langue ethnique utilisée par les enfants”, explique-t-elle. Ce n'est qu'avec cette approche que les enseignants et les étudiants pourront trouver un langage commun”.

En outre, les enseignants participent activement à l’auto-apprentissage à travers des expériences pratiques pour faciliter la communication avec les élèves. Ils recherchent régulièrement le soutien des parents, non seulement pour communiquer avec leurs enfants à la maison, mais aussi pour aider les enseignants à traduire des poèmes et des chansons dans les deux langues afin que les enfants puissent facilement se souvenir et comprendre.

En plus des deux cours de vietnamien par semaine, l'école a également intégré la langue vietnamienne dans toutes les activités en classe. L’enseignante Tong Thi Lan partage qu’elle joue à des jeux folkloriques traditionnels avec des chansons courtes et faciles à retenir dans une langue commune, ce qui contribue à accroître l’interaction avec les élèves.

“Nous enseignons souvent des chansons folkloriques et des histoires pour rendre l'apprentissage agréable et amusant pour les enfants. De nombreuses chansons ont été traduites dans les deux langues pour aider les enfants à apprendre plus rapidement”, ajoute-t-elle.

Auparavant, l’enseignante Lan était affecté à ‘'antenne du village de Phinh Cu, où tous les habitants sont des H’mông. Elle avait du mal à communiquer avec les enfants ainsi qu'avec leurs parents, car aucun d'eux ne parlait le vietnamien.

“Au début de l’année scolaire, j’ai dû me familiariser avec les enfants en utilisant le langage corporel et en communiquant mot par mot, en répétant chaque mot ou phrase jusqu'à ce qu'ils en comprennent le sens. J’ai également appris la langue H’mông auprès de leurs parents. Grâce à cela, dès le milieu du premier semestre, j’ai pu comprendre mes élèves et mieux communiquer avec eux”, déclare Mme Lan.

À l’école maternelle de la commune de Toa Tinh, district de Tuân Giao, tous les élèves étaient H’mông et communiquaient dans leur langue maternelle. Pendant les cours, les enseignants utilisaient souvent leur langue pour les aider à comprendre le sens, puis la traduisaient ensuite en vietnamien.

Renforcer le vietnamien

Un garçon de l'école maternelle de Toa Tinh, province de Diên Biên (Nord) apprend le vietnamien à travers des jeux.
Photo : GDTD/CVN

Selon la directrice Nguyên Huong Diêm, l’école met toujours l'accent sur le renforcement de la langue vietnamienne pour les enfants. Nous intégrons l’enseignement du vietnamien dans les activités afin qu'ils puissent lire, écrire et parler dans les deux langues. Cela rend les enfants plus enthousiastes et capables de mieux mémoriser les leçons.

De plus, l’école a placé des lettres de l’alphabet vietnamien dans l’aire de jeu pour aider les enfants à pratiquer leur prononciation à tout moment et en tout lieu. Les enseignants encouragent également les élèves à communiquer en vietnamien.

Lors des activités périscolaires, l’école a demandé aux enseignants de se concentrer sur l'amélioration des compétences d’écoute, d’expression orale, de lecture et d’écriture en vietnamien des élèves.

L’enseignante Cao Thi Nhung ajoute : “les enseignants créent du matériel pédagogique et des jouets avec les lettres de l’alphabet vietnamien pour les enfants. Nous disposons également d’une bibliothèque, d’un coin de jeux et de salles de classe avec une variété de livres pour permettre aux enfants de se familiariser avec la langue vietnamienne”.

“Chaque école peut avoir ses propres méthodes et solutions, l’objectif étant d’améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage et d’aider les enfants à comprendre et à communiquer efficacement en langue vietnamienne”, souligne la directrice Nguyên Huong Diêm.

Huong Linh/CVN

Rédactrice en chef : Nguyễn Hồng Nga

Adresse : 79, rue Ly Thuong Kiêt, Hanoï, Vietnam.

Permis de publication : 25/GP-BTTTT

Tél : (+84) 24 38 25 20 96

E-mail : courrier@vnanet.vn, courrier.cvn@gmail.com

back to top