Les romans policiers français et vietnamiens aux yeux des écrivains célèbres

Une table ronde sur les romans policiers français et vietnamiens s’est déroulée le 25 octobre à la Bibliothèque nationale du Vietnam, à l’occasion de la visite de l’écrivain français Michel Bussi, renommé comme "le roi du polar français", au Vietnam.

>> La Foire du livre de Hanoï 2022 promeut les habitudes de lecture

>> Bibliothèque nationale du Vietnam : le livre francophone a son espace à Hanoï

>> Des publications vietnamiennes promues à la Foire internationale du livre de Francfort

"Les romans policiers suscitent toujours une grande excitation auprès des lecteurs", a remarqué Kiêu Thuy Ngà, directrice de la Bibliothèque nationale du Vietnam (BNV), en appréciant les auteurs de ce genre littéraire qui "doivent disposer de connaissances techniques et d’un esprit logique afin d’entretenir le suspense". Ce genre est "prolifique", avec "de milliers de romans présentés chez la BNV", a remarqué la dirigeante, prouvant ainsi "l’addiction" de ces ouvrages auprès des liseurs vietnamiens.

Comme son nom l’indique, la table ronde a proposé une discussion ouverte sur la littérature policière des deux pays Les intervenants qui sont aussi de grands auteurs reconnus dans le monde du roman policier vietnamiens et français, à savoir : Michel Bussi "le roi du polar français" ; l’ambassadeur de France au Vietnam Nicolas Warnery, également auteur de l’ouvrage Épitaphe pour un traître ; et l’écrivaine vietnamienne Di Li, réputée comme étant "la reine du polar vietnamien".

 Lors de cette rencontre, les écrivains ont exprimé leurs points de vue sur ce genre littéraire particulièrement prisé par les lecteurs. Ils ont également montré des opportunités et des défis à venir, tout en faisant des comparaisons intéressantes entre les romans policiers français et vietnamiens.

La table ronde sur le roman policier français et vietnamien s’est déroulée le 25 octobre 2022 à la Bibliothèque nationale du Vietnam.

Un genre littéraire captivant mais qui exige un lourd travail

La table ronde a permis aux intervenants de s’exprimer sur les chemins entrepris qui les ont amenés au monde du polar. Les difficultés auxquelles ils ont fait face tout au long de leur carrière littéraire, en France ou au Vietnam. 

On constate aujourd’hui une grande diversité auprès des auteurs français dont certains deviennent de "gros vendeurs de livres", à côté des maîtres du genre américains ou de Scandinavie, a remarqué Michel Bussi. Selon ce dernier, "les auteurs français essaient de mettre un peu de fantastique, de poésie, tout en conservant le style bien français", ce qui les différencie des auteurs américains "dont les œuvres sont souvent écrites pour un grand public"

Par contre, ce genre n’est pas "l’atout de la littérature vietnamienne", a noté l’écrivaine Di Li, qui s’est aussi rendu compte de "l’inspiration du roman occidental auprès des auteurs vietnamiens". Pourtant, le système juridique et les démarches d’investigation des pays sont "différents", ce qui nécessite donc "un gros travail", a conclu la reine du polar vietnamien. En effet, en plus "d’une intrigue à suspense tendue" emplie de "plot twist", les romans policiers d’aujourd’hui devront "détenir des histoires, des messages humains", selon Di Li, qui dit apprécier les ouvrages de Michel Bussi, lesquels ont des "valeurs humaines", d’une "couleur poétique"

Partageant le même constat, l’intervenant français a bien admis les obstacles auxquels les écrivains du polar doivent faire face afin de concevoir un ouvrage de qualité. Aujourd’hui, il y a beaucoup de concurrence, à savoir : la télévision, les jeux vidéo, les réseaux sociaux. Les livres doivent maintenir une qualité, afin de "donner envie de tourner les pages", a remarqué l’écrivain. C’est pourquoi, les auteurs équipés d’une belle "imagination" s’évertuent à construire des personnages "originaux", des intrigues "étonnante", afin de "transposer cette curiosité" aux lecteurs. "Ne jamais renoncer, et aller jusqu’au bout du livre même si ce livre ne sera pas publié", tel est le conseil de l’ambassadeur français au Vietnam, M. Warnery.

Code 612 : Qui a tué le Petit Prince ?, le nouvel ouvrage de Michel Bussi qui vient d’être traduit en vietnamien et publié par Nha Nam.

Ouvrage en hommage : Le Petit Prince

À cette occasion, Nha Nam a lancé le roman Code 612 Qui a tué le Petit Prince ? de Michel Bussi. Nombreuses sont les influences de l’auteur, mais Le Petit Prince, par son univers poétique et son message d'une grande humanité, excite son imaginaire depuis ses tout débuts. Roman à clé, jeu de piste, hommage, Code 612 Qui a tué le Petit Prince ? célèbre les 75 ans du Petit Prince.

Selon l’écrivain français, de nombreux lecteurs aiment cet ouvrage d’Antoine Saint-Exupéry. "C’est un conte étrange parce que c’est un conte d’amour, un conte moral sur la responsabilité", a-t-il expliqué en avouant également que "ce conte l'a toujours accompagné". C’est pourquoi, depuis longtemps, il avait envie d’"écrire quelque chose sur le Petit Prince", et il a décidé de faire lire aux lecteurs Le Petit Prince comme "un roman policier", en s’inspirant de la "disparition mystérieuse" de son auteur. Michel Bussi a aussi recommandé aux lecteurs de lire ou relire l’ouvrage original avant de dévorer son nouveau livre car cela leur permettra d’"avoir leur propre opinion sur le Petit Prince", et ensuite de "pouvoir se faire leur propre idée" sur les deux romans. 

Code 612 Qui a tué le Petit Prince sera un livre incontournable pour ceux qui aiment cette histoire et son auteur, ainsi que le style d’écriture de Michel Bussi.

L'écrivain français Michel Bussi.

Michel Bussi, l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages, est largement primé. Il a en effet obtenu 15 grands prix littéraires, ses romans sont traduits dans plus de 35 langues et plusieurs de ses ouvrages ont été adaptés à la télévision et au cinéma. Selon le Figaro, Michel Bussi a été l’un des cinq auteurs les plus vendus en France en 2021. Les ouvrages de l’auteur qui ont été publiés en vietnamien par la société d’édition Nha Nam sont Maman a tort, Nymphéas noirs, On la trouvait plutôt jolie, Gravé dans le sable, Ne lâche pas ma main

Texte et photos : Hông Anh/CVN

back to top