Les femmes soldats vietnamiennes en Afrique

Vivant loin de la famille, travaillant dans des situations difficiles, avec les conditions météorologiques rigoureuses en Afrique, les femmes soldats vietnamiennes relevant de la Mission de maintien de la paix des Nations unies au Soudan du Sud (UNMISS) remplissent toujours leurs devoirs laissant de bonnes impressions dans le cœur des populations locales et des amis internationaux.

>>Douze autres officiers vietnamiens participent aux opérations onusiennes

>>Favoriser la participation des femmes aux questions de paix et de sécurité mondiales

>>Le récit de Sa Minh Ngoc sur son expérience de Casque bleu

Dans le service d'obstétrique de l'hôpital général de Bentiu, la femme soldat Lê Na tient un nouveau-né dans ses bras

Pour les femmes ayant de petits enfants comme Bach Thi Huyên Trang, l'une des 13 femmes soldats de l'hôpital de campagne de niveau 2 No3 à Bentiu, au Soudan du Sud, vivre loin de la famille pendant une longue période constitue vraiment un défi, surtout pendant la pandémie de COVID-19.

Au milieu de la pandémie, cet hôpital assure la destruction des déchets médicaux et infectieux pour les 5 hôpitaux de campagne de niveau 1 de la région, conformément à la réglementation et la garantie de la sécurité car leur volume a considérablement augmenté. Il y a des jours où il fait très chaud jusqu'à 45oC, elle et ses coéquipiers inhalent même la fumée de l'incinérateur, de nombreuses personnes souffrent de coups de chaleur.

Pour l'obstétricienne et gynécologue Tông Vân Anh, l'environnement de travail est vraiment difficile, notamment le manque d'eau potable qui affecte la vie quotidienne ainsi que le traitement des patients. D’après cette femme médecin, la sensibilisation auprès des femmes sud-soudanaises sur la nécessité de protéger la santé génésique n'est pas une tâche facile et demande la persévérance et du temps.

Des médecins de l'hôpital de campagne de niveau 2 No3.

Présente lors d'une cérémonie de remise de cadeaux, de traitement médical et de sensibilisation auprès des femmes locales sur les soins de santé reproductive à l'occasion de la Journée internationale de la femme, Tông Vân Anh a partagé : "J'espère que les femmes sud-soudanaises auront une vision plus claire et s'intéresseront à leur propre santé, en particulier la santé reproductive, ce pour rehausser la prise de conscience sur le rôle des femmes".

Sa part, le sous-lieutenant Lê Na, 26 ans, technicienne en imagerie à l'hôpital de campagne de niveau 2 No3, assume à la fois le travail de ses collègues masculins comme le service de garde et le soin des personnes malades durant la période où de ses nombreux coéquipiers masculins sont infectés par le COVID-19.

Partageant ses souvenirs mémorables, Lê Na souvient du récent Nouvel An lunaire. Malgré en Afrique, elle et ses coéquipiers masculins se préparent à un Têt traditionnel chaleureux et complet, avec le banh chung (gâteau de riz gluant carré), la confiture... outre des jeux folkloriques, qui attirent aussi des amis étrangers.

Face aux difficultés et défis susmentionnés, les femmes soldats vietnamiennes font toujours de grands efforts pour mener à bien leurs missions assignées et s'adapter à la vie en Afrique.

Parlant des femmes soldats vietnamiennes, le lieutenant-colonel Trinh My Hoa, directeur de l'hôpital de campagne de niveau 2 No3 au Soudan du Sud, a qualifié qu'elles non seulement accomplissaient bien leurs tâches professionnelles mais encore présentaient de belles qualités des femmes vietnamiennes, à travers les activités de soin et de traitement médicaux, des échanges culturels ainsi que des activités de la vie quotidienne.

VNA/CVN

back to top