Le tourisme agricole tout feu tout femmes à Binh Liêu

Des femmes du district de Binh Liêu, province de Quang Ninh, cherchent à créer de nouveaux produits touristiques afin d’attirer plus de voyageurs. Elles espèrent développer le tourisme local tout en préservant leurs valeurs culturelles ethniques.

>> Tourisme : Binh Liêu valorise les us et coutumes ethniques

>> Sông Mooc, le "Sa Pa miniature" de Binh Liêu

>> Le Festival de la saison dorée du riz donne rendez-vous à Binh Liêu

Rizière en pleine moisson, site touristique attrayant pour les visiteurs.
Photo : VNA/CVN

Situé dans la province septentrionale de Quang Ninh, le district de Binh Liêu tire sa réputation de ses paysages magnifiques qui attirent annuellement de nombreux touristes.

Les rizières dorées en pleine moisson, les montagnes grandioses et abruptes de Cao Ly, Cao Ba Lanh, Cao Xiêm, les cascades de Khe Van, Khe Tiên… ou les villages paisibles des vallées verdoyantes. Une beauté naturelle, à la fois séduisante et mystérieuse, changeant d’une saison à l’autre, qui conquiert le cœur des touristes dès leur première visite de Binh Liêu. Rattaché à la province septentrionale de Quang Ninh et limitrophe de la Chine, Binh Liêu a une population composée à 96% de minorités ethniques.

En 2015, le district a commencé à attirer des touristes qui, en général, n’y passaient pas la nuit. Les femmes entrepreneuses du district se sont alors demandé pourquoi. Et elles ont trouvé la réponse.

Si les touristes ne voulaient pas rester plus longtemps, c’est, d’une part, parce qu’ils ne savaient pas ce qu’ils pouvaient faire d’intéressant, et d’autre part, parce que les hébergements manquaient. Voilà l’explication qu’a trouvée Ly Thi Hanh, domiciliée dans la commune de Dông Van.

Elle a décidé que la situation devait changer et qu’il fallait montrer aux touristes les montagnes, les forêts et les rizières en terrasse de son district, mais aussi les inviter à partager des moments de vie qu’ils ne pouvaient trouver nulle part ailleurs.

C’est ainsi qu’elle a créé la toute première auberge chez l’habitant (homestay) de Binh Liêu, composée de maisons sur pilotis typiques des Dao, et où les touristes peuvent accompagner les locaux aux champs pour repiquer le riz, au ruisseau pour capturer des escargots, et dans la forêt pour cueillir des feuilles avec lesquelles ils prépareront un bain thérapeutique à la manière traditionnelle. De quoi leur donner envie de rester plus longtemps, estime Ly Thi Hanh.

"Au début, ça a été difficile parce qu’on manquait à la fois d’argent et d’expériences. Heureusement, en 2016, j’ai pu suivre une formation de guide touristique et de gestion de maisons d’hôtes. Je me suis aussi renseignée auprès de professionnels d’autres localités. Par rapport à mes métiers précédents, l’auberge donne des revenus supérieurs et stables. Nous employons trois personnes et collaborons avec d’autres villages pour vendre leurs produits chez nous", raconte-t-elle.

Ly Thi Hanh a donc été une pionnière. Elles sont aujourd’hui plus de 200 femmes de Binh Liêu à participer à la chaîne touristique en mettant en valeur le patrimoine culturel des minorités ethniques locales. Grâce à ce modèle, le tourisme se développe, l’économie familiale et locale aussi, et les autochtones sont plus que jamais conscients de la nécessité de préserver leur identité culturelle, affirme Lài Thi Hiên, présidente de l’Association des femmes du district.

"Depuis le début de l’année, plus de 200 de nos membres ont participé à divers ateliers de formation, dont beaucoup concernaient le tourisme. Nous les aidons à accéder à des prêts bancaires sans hypothèque pour ouvrir et faire fonctionner des auberges qui, en général, marchent très bien", indique-t-elle.

Tourisme rime avec agriculture

Les voyageurs peuvent cueillir des fruits et écouter des chants folkloriques.
Photo : VOV/VNA/CVN

Le tourisme de Binh Liêu ne pourra décoller que s’il est basé sur l’agriculture et la ruralité. C’est en tout cas ce qu’ont constaté les professeurs de l’Université de Ha Long, qui ont collaboré avec le Comité populaire du district pour organiser des ateliers de formation en tourisme à l’intention des autochtones. Trân Khanh Phuong, domiciliée dans la commune de Luc Hôn, a participé à l’une de ces formations.

Les formateurs nous ont appris à faire des cocktails avec des fruits locaux, tels que l’orange et le fruit du canarium. Les touristes les adorent”, fait savoir Mme Phuong.

En automne, des milliers de touristes vietnamiens et étrangers affluent vers Binh Liêu pour se prendre en photo sur sa fameuse colline couverte de canne à sucre rustique (sorte de grande herbe fleurie qui ressemble aux roseaux des marais), pour participer à la fête intitulée "Récoltes dorées", mais aussi pour contempler ses multiples cascades aussi splendides les unes que les autres. Et ce n’est pas tout.

Outre les visites, ils viennent aussi pour passer de bons moments dans un cadre rural original, aux côtés des locaux, comme le rappelle Trinh Dang Thanh, le directeur adjoint du Service du tourisme de la province de Quang Ninh.

"Les habitants de Binh Liêu ont su créer des produits touristiques mettant en valeur l’agriculture et la ruralité, qui sont leurs principaux atouts. Ce secteur d’activité s’avère particulièrement prometteur pour les femmes issues de minorités ethniques", constate-t-il.

Binh Liêu est donc devenu un modèle de tourisme culturel et agricole qui mérite de faire des émules.

Huyên Chi - VOV/CVN

back to top