24/01/2020 10:10
Les Hà Nhi, l’une des dix ethnies minoritaires du district de Muong Nhé, dans la province montagneuse de Diên Biên, au Nord, organisent de nombreux festivals traditionnels avec des nuances culturelles uniques, notamment pour le Têt.
>>Saison des pluies, jours de balançoire chez les Hà Nhi
>>Le Nouvel An de l'ethnie Hà Nhi à Lai Châu

La viande de porc est une offrande  faite par toutes les familles Hà Nhi durant le Têt traditionnel.
Photo : Tuân Anh/VNA/CVN

À la fin de l’année,  l’air froid commence à souffler sur les toits des maisons de la commune de Sin Thâu, dans la région frontalière entre le Vietnam, le Laos et la Chine.

Autour des foyers, mères, sœurs et petites filles des Hà Nhi préparent les gâteaux de riz gluant en vue du Nouvel An.

L’intérieur des maisons et les allées ont été nettoyées avant que le soleil ne se lève sur les montagnes de Khoan La San.

La viande de porc,
une offrande obligatoire


Les Hà Nhi se retrouvent dispersés dans quatre communes frontalières : Sin Thâu, Chung Chai, Sen Thuong et Leng Su Sin, avec deux sous-groupes ethniques distincts : les Hà Nhi La Mi et les Hà Nhi Cô Chô.

Le moment du Têt traditionnel des Hà Nhi est décidé par les chefs coutumiers. En général, cette fête est célébrée le 1er décembre. C’est  l’époque où les Hà Nhi pensent qu’ils peuvent se reposer après une dure année de travaux champêtres.

Selon Po Diêp Sang, ancien secrétaire du Comité du Parti du district de Muong Nhé, une personne influente dans la communauté Hà Nhi La Mi, "le Nouvel An est le temps pour profiter des fruits de son travail".

Une fille Hà Nhi en costume traditionnel.
Photo : Tuân Anh/VNA/CVN

Chez les Hà Nhi La Mi, on choisit régulièrement le jour du dragon pour fêter le réveillon, alors que les Hà Nhi Cô Chô sélectionnent le jour du tigre en décembre. Le dragon représente le flux perpétuel et inépuisable de l’eau, et le tigre, la puissance.

Auparavant, les Hà Nhi fêtaient le Têt pendant cinq jours, mais à présent, cette fête ne dure que trois jours. La viande de porc est une offrande obligatoire pour toutes les familles. Qu’elles soient riches ou pauvres, toutes abattent des cochons pour accueillir la nouvelle année.

"Cette année, ma famille tue un cochon plus gros que l’année dernière, car on a plus d’invités. Tôt le matin, belles-filles et beaux-fils se réunissent pour cette tâche. La  viande sera le plat principal pour inviter les proches et les voisins", confie Po Po Son, du village de Ta Khô Khu, commune de Sin Thâu.

Le temps des réunions

Fabrication de "bánh dày" (gâteau de riz gluant pilé).
Photo : Tuân Anh/VNA/CVN

Pour les Hà Nhi, le Têt est le temps des réunions. C’est aussi l’occasion pour les descendants d’exprimer leur piété envers grands-parents et parents.

Les gâteaux de riz gluant de forme ronde (bánh dày) sont également indispensables. Ce plat comprend du riz gluant mélangé à du sésame torréfié. On le pilonne à la main dans un mortier de pierre.

Il est ensuite cuit puis pilé, farci de haricots mungos et de porc, symbolisant le ciel. Les premiers gâteaux de forme ronde sont des offrandes pour les ancêtres.
En outre, les familles se rendent visite les uns chez les autres. Les hommes lèvent leurs verres et se souhaitent une santé et bonheur, tandis que les femmes s’adonnent aux chants  et danses traditionnelles. Les enfants, eux, s’en donnent à cœur joie dans les jeux folkloriques. Tout cela crée une ambiance extrêmement animée, joyeuse et colorée.

Les familles Hà Nhi fêtent le Têt jusqu’à la fin du 3e jour du Nouvel An. Chaque année, les autorités de la commune organisent des activités spéciales au siège du Comité populaire. Tout le monde mange, chante et danse jusqu’à tard dans la nuit. Un programme artistique est aussi organisé. Les chansons et danses sont interprétées par des villageois, mais aussi des gardes-frontières, des enseignants et des amis venus de la Chine voisine. Aux sons des tambours et gongs, garçons et  filles forment un cercle autour d’un grand feu de bois.

Actuellement, la vie des Hà Nhi a beaucoup changé, avec de meilleures conditions matérielles. La fête du Nouvel An conserve sa beauté d’autrefois qui s’exprime par la piété filiale et par la perpétuation de traditions culturelles venues du fond des âges.

Nguyên Tùng/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Hôtellerie : Hanoï prête à accueillir la F1 Malgré les difficultés causées par le coronavirus, de nombreux hôtels sont prêts pour la course de Formule 1 prévue en avril à Hanoï. Ces établissements joueront un rôle non négligeable dans la promotion de l’image de la capitale vietnamienne, une destination sûre et attrayante.