05/07/2020 19:40
Le directeur général des négociations commerciales internationales au ministère indonésien du Commerce, Iman Pambagyo, a déclaré que la signature de l’Accord de partenariat économique global régional (RCEP) enverra un signal politique fort sur le commerce multilatatéral.
>>Le Vietnam fait avancer efficacement les négociations sur le RCEP
>>L'Indonésie espère la signature du RCEP cette année

Le directeur général des négociations commerciales internationales au ministère indonésien du Commerce, Iman Pambagyo au micro de la VNA.
Photo : VNA/CVN/CVN

Si le RCEP pourra être signé en novembre prochain, il enverrait un signal politique "clair" et "très fort" sur le commerce multilatéral dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus, a dit à l’Agence vietnamienne d’information (VNA) le responsable qui est aussi chef du Comité de négociation commerciale du RCEP de l’ASEAN.

Alors que le système commercial multilatéral est remis en question par de nombreux pays, gouvernements et communautés, "nous avons un procès-verbal pour sceller l’accord et pour confirmer notre intention d’élargir et d’approfondir notre articulation économique", a-t-il indiqué.

L’accord entrera en vigueur peut-être dans deux ou trois ans, mais à ce stade, c’est un moyen pour les parties de répondre aux sensibilités qu’elles peuvent avoir pendant les négociations, a-t-il dit.

Iman Pambagyo a souligné qu’un des défis à la signature de l’accord est de "trouver un équilibre des intérêts" entre les pays signataires.

"Nous avons donc réussi à arriver à un point où seuls quelques, très peu de problèmes doivent être réglés pour ce mois de juillet, et je suis assez confiant que nous pouvons signer cet accord en novembre et devenir l’une des principales réalisations du Vietnam cette année."

Il a noté que le RCEP facilitera mieux la circulation des marchandises, des personnes et des capitaux en Asie, de sorte que l’Indonésie bénéficiera du RCEP autant que d’autres pays, suggérant que faire avancer l’économie numérique sera un domaine où l’Indonésie et le Vietnam pourront travailler en partenariat pour développer ce secteur et conquérir le marché du RCEP.

"Un autre domaine pourrait être la fabrication, mais il concerne spécifiquement le secteur automobile", a-t-il estimé, ajoutant que les deux pays peuvent également coopérer dans l’agriculture et la transformation alimentaire.

Iman Pambagyo a également apprécié la présidence du Vietnam cette année pour diriger l’ASEAN "en cette période très difficile".

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Promouvoir les points forts du tourisme à Hanoï La capitale continue de créer des produits touristiques attractifs, tout en améliorant la qualité de ses services afin d’anticiper ''la période dorée'' pour attirer les touristes, surtout à la fin de l'année.