25/09/2021 11:00
L'Agence Vietnamienne d'Information tient à vous présenter ci-dessous l'intégralité de l'allocution du président vietnamien Nguyên Xuân Phuc au débat général de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies.
>>Renforcer la résilience afin de se relever du COVID-19
>>Vietnam : coopérer pour vaincre la pandémie et construire la paix
>>Le président Nguyên Xuân Phuc au Sommet sur la pandémie mondiale

Le président vietnamien Nguyên Xuân Phuc.
Photo : VNA/CVN

"Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement,


Je tiens tout d’abord à adresser mes vives félicitations à M. Abdullah Shahid pour son élection en qualité de président de la 76e session de l'Assemblée générale (AG) de l’ONU. Je suis convaincu que fort de ses riches expériences et de son talentueux leadership, il fera de notre session un grand succès.  

J'apprécie hautement les contributions importantes de M. Volkan Bozkir en sa qualité de président de la 75e session de l’AG. Mes félicitations chaleureuses vont également à M. Antonio Guterres pour sa réélection au poste de secrétaire général de l'ONU. Je crois qu'il contribuera, par son dévouement et son implication, à concrétiser les orientations et les priorités de l'Organisation dans les années à venir.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,


L’AG se réunit cette année dans un contexte particulier où la pandémie de COVID-19 continue à sévir partout dans le monde. Je crois qu’en ces moments en pleine tempête du COVID-19, nos pensées sont vers nos pays et vers nos peuples. Comme vous, je pense fort à mon pays où tous les efforts sont à l’heure actuelle consentis pour contrôler la pandémie, protéger la santé et la vie de la population, maintenir le développement économique, assurer la sécurité sociale, et ce dans le but de ne laisser personne en arrière.

Aucun chiffre statistique ne pourrait mesurer souffrances et pertes engendrées par la pandémie de COVID-19. Il s’agit avant tout des pertes en vies humaines et ensuite d’immenses dégâts économiques, provoquant de graves impacts sur les sociétés et sur les populations dans la jouissance de leurs droits. La pandémie a sonné une alarme urgente sur les effets dévastateurs immesurables que les défis de la sécurité non traditionnelle tels que l’épidémie ou le changement climatique pourraient engendrer faute d’une attention adéquate et des actions précoces et résolues de notre part. La pandémie a mis en lumière de profondes insuffisances du système de gouvernance mondiale ainsi que de grandes inégalités dans le monde entier. 

Le Vietnam met en œuvre la campagne de vaccination à grande échelle.
Photo : VNA/CVN

La pandémie n’est pas malheureusement le seul défi auquel nous devons faire face. En effet, le système des relations internationales se trouve dispersé, divisé, déstabilisé par l’aggravation des tensions entres les grandes puissances. Des guerres privent de nombreux civils innocents de leur vie, des litiges territoriaux risquent de s’éclater dans différentes régions du monde. La montée de la politique de puissance, la négligence du droit international, les actes unilatéraux de contrainte, d’entrave à l’exercice des droits légitimes des pays restent fréquents dans plusieurs régions du monde. 

Force est de constater néanmoins que ce sombre tableau reste éclairé par l’aspiration ardente des peuples à la paix, à la coopération et au développement ainsi que par la prise de conscience profonde par toutes les nations de l'importance de la solidarité internationale et du multilatéralisme. L'ONU, forte de ses 75 ans d'expérience dans la préservation de la paix et dans la promotion des relations internationales d’amitié, d’équité et d’équilibre, continue à affirmer son rôle clé dans le système multilatéral. Elle réussit en effet à assurer une coordination efficace des efforts conjoints en réponse aux défis mondiaux qu’aucun pays n’est en mesure de relever seul.

Dans un tel contexte, j’apprécie hautement et soutiens pleinement le thème très réaliste que Monsieur le Président a initié et sur lequel je me permets de partager certaines de mes réflexions.

Premièrement, la tâche la plus urgente pour nous aujourd'hui consiste à maitriser la pandémie de COVID-19 dans sur l’ensemble de la planète. Le monde ne peut pas être en sécurité si un habitant ou un pays souffre encore de cette pandémie. Le Vietnam apprécie, avec reconnaissance, le rôle des organisations des Nations unies et d'autres institutions multilatérales, en particulier la Facilité COVAX dans la promotion d'un accès juste et équitable aux vaccins et médicaments contre le COVID-19. Pour que la pandémie soit rapidement repoussée, il nous est essentiel de renforcer la solidarité et la coopération dans un esprit de responsabilité et de partage, de fournir prioritairement les vaccins aux habitants des pays à faible taux de vaccination, de faciliter la participation des pays en voie de développement à la production et aux chaînes d'approvisionnement de vaccins.

Deuxièmement, un facteur clé pour se relever de la pandémie et assurer la reprise économique réside dans la capacité de chaque pays à renforcer sa propre résilience. Cela nécessite certes que chaque pays valorise ses forces internes afin de mieux résister aux crises et de mieux protéger ses habitants. Mais les efforts individuels ne suffisent pas. La résilience ne peut être durable que si elle repose sur la coopération et la connectivité entre les nations, en particulier à un moment où les défis de sécurité non traditionnels ne connaissent pas de frontières et peuvent avoir un impact sur n'importe quelle nation. Dans cet esprit, nous apprécions hautement le rôle joué par le système des Nations Unies dans la promotion des efforts collectifs et espérons qu'il continuera à accompagner les États membres dans ce sens, en tenant compte des intérêts et des préoccupations de tous les pays.

Troisièmement, les défis auxquels nous sommes confrontés peuvent être transformés en opportunités de développement. Les changements qui nous sont imposés par la pandémie, que ce soit dans le cadre de la vie sociale ou dans les modalités de production et d’affaires, nous fournissent en même temps une bonne opportunité pour la transformation numérique, l'utilisation de nouvelles technologies, l'amélioration de la productivité et de la compétitivité, le renforcement de la résilience de nos économies. C'est aussi une chance pour nous de poursuivre la transformation verte, le développement durable, la facilitation du commerce et de l'investissement, de travailler ensemble pour promouvoir la circulation des biens et des personnes et maintenir les chaînes d'approvisionnement mondiales.

Le Programme de développement durable à l'horizon 2030, tout en nous fournissant un bon cadre pour saisir ces opportunités nouvelles, nous appelle à une coopération renforcée. Nous appelons tous les pays à honorer leurs engagements de financement pour le développement, à rééchelonner les dettes des pays en développement, à fournir les ressources nécessaires pour endiguer la pandémie de COVID-19 et favoriser la reprise, transformant ainsi les opportunités en résultats concrets de développement.

Quatrièmement, la coopération pour atténuer et prévenir les effets désastreux du changement climatique est devenue plus cruciale que jamais. Nous sommes en effet témoins des fureurs sans précédents de la nature.  Les catastrophes naturelles, l'élévation du niveau de la mer, la pollution de l'environnement et la dégradation de la biodiversité sont les conséquences cumulatives de décennies de quête imprudente de l'humanité pour le développement.

Une rizière sèche dans la province thaïlandaise de Suphanburi.
Photo : AFP/VNA/CVN

Ces défis nous poussent à agir rapidement pour protéger notre planète et réaliser notre engagement à ne pas laisser la température surpasser le seuil d’augmentation de 1,5 degré Celsius. Alors que nous nous dirigeons vers la COP-26, nous devons tout mettre en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Dans ces efforts, les pays développés devraient montrer l’exemple, tout en aidant les pays pauvres et les pays en développement en matière de financement, de technologie et de renforcement des capacités pour qu’ils puissent réduire les émissions, prévenir les catastrophes naturelles et en atténuer les impacts, se diriger vers une économie verte et circulaire. C'est une opportunité pour nous d'assurer l'harmonie entre l'homme et la nature.

Cinquièmement, une condition préalable à la reprise et à la croissance post-pandémique est de garantir un environnement pacifique, sûr et stable dans chaque pays, dans chaque région et dans le monde. Le Vietnam appelle à un cessez-le-feu mondial, à la fin de tous les actes de violence, à la protection des civils et à la facilitation de l'accès humanitaire dans les zones de conflit.

Le Vietnam a dû traverser des décennies de sacrifice et de lutte afin d'obtenir son indépendance, de réunifier sa nation, de surmonter l’encerclement et l’embargo. Au fil des années, en valorisant ses forces intérieures et sa résilience, notre pays s’est efforcé avec confiance de plonger dans les évolutions du monde pour acquérir sa place et son prestige sur la scène internationale. Nous comprenons profondément toute la signification de l’expression  "rien n'est plus précieux que l'indépendance et la liberté", de la paix et du développement pour chaque pays. Nous condamnons ainsi tous les actes de guerre, la contrainte par la force, la violation des principes fondamentaux de la Charte des Nations unies et du droit international.

Plus que jamais, tous les acteurs des relations internationales, avec le rôle central de l'ONU, doivent faire preuve de bonne volonté, assumer leur responsabilité, éviter de provoquer des tensions et des affrontements, œuvrer ensemble pour remodeler les relations internationales et renforcer la confiance mutuelle entre les États sur la base des principes d’égalité et de coopération, dans le respect de l'indépendance, de la souveraineté, de l'intégrité territoriale, de la non-ingérence dans les affaires intérieures d’autrui, et du règlement pacifique des différends.

Une fois de plus, depuis ce forum solennel, nous exprimons notre solidarité avec le peuple cubain et appelons à la fin de l'encerclement et de l'embargo unilatéral contre le Cuba.

Nous espérons que la situation en Afghanistan se stabilisera bientôt afin que le peuple afghan, en particulier les femmes et les enfants, puisse vivre en paix. Nous soutenons la juste lutte du peuple palestinien et la solution de deux États pour établir un État palestinien indépendant coexistant pacifiquement avec l'État d'Israël.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,


Après plus de 35 ans de renouveau intégral, le Vietnam a obtenu de nombreuses réalisations d'importance historique et se dirige vers l’objectif d’un pays développé et à revenu élevé d'ici 2045 - à l'occasion du 100e anniversaire de notre indépendance.

Le Vietnam place toujours l'homme au centre de ses politiques.
Photo : VNA/CVN

Pour réaliser l’aspiration à un Vietnam puissant et prospère, nous sommes actuellement sur le chemin de construire un État de droit du peuple, par le peuple et pour le peuple, en mobilisant les forces du patriotisme et du grand bloc de solidarité nationale ainsi que les capacités d’innovation du peuple entier. L'État vietnamien place ainsi l'homme au centre de ses politiques en vue du progrès, de la justice sociale, de la valorisation des valeurs culturelles, de la protection de l'environnement et du développement durable. Ce à quoi le Vietnam s’engage actuellement correspond parfaitement à l'esprit fondamental des Objectifs de développement durable des Nations unies.

De plus, le Vietnam met en œuvre de manière persistante et cohérente sa politique étrangère d'indépendance, d'autonomie, de paix, d'amitié, de coopération et de développement, de multilatéralisation et de diversification des relations, d’intégration internationale proactive, profonde et efficace. Il s’engage à être un membre actif et responsable de la communauté internationale.

Le Vietnam poursuit son soutien au multilatéralisme axé sur le rôle central des Nations unies et fondé sur le droit international, œuvrant ainsi pour le respect des principes et des objectifs des Nations unies, contribuant de manière active à la résolution des questions communes et joignant les efforts de rendre les Nations unies plus démocratiques et efficaces.

Nous nous souvenons et sommes reconnaissants de l'aide précieuse que l'ONU avait accordée au Vietnam. Les belles réalisations de la réforme et de l'intégration du Vietnam sont dues en partie aux ressources, savoir-faire et conseils que le système des Nations unies pour le développement nous a accordés au fil de ces dernières années.

Dans la région, le Vietnam travaille en étroite collaboration avec les autres membres de l'ASEAN pour promouvoir le rôle central de cette association dans le maintien de la paix, de la sécurité et de la prospérité en Asie du Sud-Est et en Asie-Pacifique. Les relations de coopérations tissées entre l’ASEAN et les Nations unies sont constamment consolidées et développées et sont devenues un modèle exemplaire de coopération entre l'ONU et les organisations régionales. Nous déployons des efforts pour mettre en œuvre le Consensus en cinq points approuvé par les dirigeants de l'ASEAN afin de favoriser le dialogue, la réconciliation et l'aide humanitaire au peuple du Myanmar.

Le Vietnam partage le point de vue de l'ASEAN et la voix commune de la communauté internationale sur l'importance du maintien de la paix, de la stabilité, de la sécurité et de la sûreté maritimes, de la liberté de navigation et de survol en mer de l’Est. Nous demandons aux parties concernées de s'abstenir de toute action unilatérale qui pourrait compliquer la situation, de résoudre les différends et conflits par des moyens pacifiques en toute conformité avec la Charte des Nations unies et le droit international, en particulier la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982. Il est important de respecter en bonne et due forme la Déclaration sur la conduite des Parties en mer de l’Est (DOC) et de parvenir dans les meilleurs délais à un code de conduite effectif, contraignant et conforme au droit international, notamment à la CNUDM de 1982.

Monsieur le Président,

À cette occasion exceptionnelle, je tiens, au nom de l'État et du peuple vietnamiens, à formuler les remerciements les plus sincères aux pays membres qui ont voté en faveur de la candidature du Vietnam au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies mandat 2020-2021. Au cours de ces deux dernières années, le Vietnam a toujours fait valoir le principe du "Partenariat pour une paix durable" en favorisant le dialogue et la coopération. Nous nous sommes activement associés aux efforts déployés pour prévenir et régler les conflits. Le Vietnam a en effet plaidé pour le renforcement du respect de la Charte des Nations unies et du droit international, la promotion de la coopération avec les organisations régionales dans la prévention des conflits, le déminage et la protection des personnes et infrastructures dans les conflits armés.

Les officiers et le personnel de l'Hôpital de campagne de niveau 2 N°2 avant leur départ pour la mission au Soudan du Sud.
Photo : VNA/CVN

Le drapeau national du Vietnam flotte haut dans les missions de maintien de la paix des Nations unies au Soudan du Sud et en République centrafricaine, et il sera bientôt présent dans les missions des Nations unies dans les autres pays. Désireux de contribuer davantage aux travaux de l'ONU, le Vietnam a déposé sa candidature au poste de membre du Conseil des droits de l'homme pour le mandat 2023-2025 et d’autres dispositifs importants au sein des Nations unies. Nous comptons sur le soutien continu de tous les pays en faveur de notre candidature.

Mesdames et messieurs,

Conscient que le chemin à parcourir reste long et difficile, le Vietnam travaillera de concert avec les pays et les peuples du monde entier afin qu'ensemble nous puissions vaincre la pandémie et construire un monde de paix, de prospérité et de bonheur pour tous. Et ce sera une victoire glorieuse pour nous tous.

Je vous remercie''.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus dans l’objectif du photographe Trần Bích

Quang Nam et Dà Nang prêtes à accueillir les touristes internationaux La ville de Dà Nang (Centre) envisage l'accueil des touristes étrangers à partir de novembre dans le contexte que la pandémie de COVID-19 est sous contrôle. De son côté, la province de Quang Nam a soumis une demande écrite au Premier ministre sur l'accueil des visiteurs internationaux.