25/04/2021 17:25
Le secteur de la santé du Vietnam a demandé à la région du Sud-Ouest de renforcer la prévention du COVID-19, de répondre activement à l'intrusion du coronavirus, a affirmé le ministre de la Santé,Nguyên Thanh Long, lors d’une interview accordée à l’Agence Vietnamienne d’Information.
>>Aucun nouveau cas signalé ce dimanche matin 25 avril
>>Le Vietnam recense un nouveau cas de COVID-19

Le ministre de la Santé, Nguyên Thanh Long, le 22 avril. Photo : VNA/CVN

''Nous sommes très préoccupés par le risque d’introduction de l’épidémie au pays. En Inde, au cours des 24 dernières heures, 340.000 nouvelles infections ont été découvertes. Au Cambodge, plus de 600 cas de COVID-19 ont été confirmés. Au Laos, la situation s’aggrave'', a insisté le ministre de la Santé, Nguyên Thanh Long.

Il a constaté que toutes les vagues d’épidémie suivantes étaient souvent plus importantes, plus fortes et plus dévastatrices. Le Vietnam doit être très vigilant, se concentrer sur la mise en œuvre de toutes les mesures préventives.

Face au risque élevé d'introduction du coronavirus au Vietnam, le Comité national de direction de la prévention et de la lutte contre le COVID-19 et le ministère de la Santé ont mis en garde à plusieurs reprises sur la possibilité d'une quatrième vague épidémique au Vietnam.

Le gouvernement et le Premier ministre ont continuellement dirigé la prévention et le contrôle de l'épidémie de COVID-19, averti la population et mis en œuvre de manière drastique des mesures pour empêcher l’introduction de l’épidémie de l'étranger.

Au pays, pour prévenir l’introduction et la propagation du coronavirus dans la région du Sud-Ouest, le ministère de la Santé a mis en place cinq missions, dirigées par le ministre et des vice-ministres, pour examiner toutes les questions liées à la réponse au COVID-19 dans cette région.

Récemment, le Comité national de direction de la prévention et de la lutte contre le COVID-19 a tenu une réunion avec des responsables des provinces du Sud-Ouest, des provinces limitrophes du Cambodge, pour renforcer les mesures préventives.

Estimant que cette région était un lieu de point du risque, lors de l'inspection dans la province de Kiên Giang, notamment à Hà Tiên, le ministère de la Santé a constaté la nécessité d’y créer un hôpital de campagne afin de réagir de manière proactive et active à l’épidémie lorsqu'un mauvais scénario se produit. Raison : de Hà Tiên à la ville de Rach Gia (province de Kiên Giang) distante de 100 km, les déplacements sont difficiles. De plus, le nombre des infectés en traitement à Hà Tiên est assez important.

Lors de l’interview, le ministre a donné des recommandations à la population de tout le pays au sujet de la prévention de l’épidémie en ce moment, surtout à l'approche des vacances du 30 avril (Fête de Libération du Sud Vietnam et de réunification du pays) et du 1er mai (Journée mondiale du Travail). Il a demandé aux gens de respecter strictement le message 5 K, avec notamment le port d'un masque et la désinfection des mains.

Le ministère de la Santé souhaite que toutes les personnes du groupe cible soient vaccinés afin que l’on puisse bien contrôler la situation.

Enfin, il a ordonné tous les échelons, secteurs et localités de ne pas être subjectifs, négligés et imprudents et doivent mettre en œuvre correctement les mesures préventives, sous les instructions du ministère de la Santé.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Îles et fêtes des villages de pêche La moitié du territoire vietnamien est bordée par la mer, le pays possède ainsi de nombreuses belles îles. L’idéal pour se retirer loin de l’animation effrénée des grandes villes.