Le FMI optimiste sur la croissance économique du Vietnam

Le FMI a récemment relevé sa prévision de croissance du Vietnam à 7% cette année, soit un point de pourcentage de plus que trois mois plus tôt et sa seule révision à la hausse significative parmi les principales économies asiatiques.

>>Le Vietnam va "dans la bonne direction"

>>Le FMI recommande la vigilance face aux pressions inflationnistes

>>FMI : l'économie vietnamienne pourrait croître de 3,8% cette année

Le FMI a récemment relevé sa prévision de croissance du Vietnam à 7% cette année.
Photo : VNA/CVN

Le premier semestre de l'année a vu un rebond économique rapide au Vietnam alors que les restrictions sanitaires se sont assouplies suite à l’adoption d’une stratégie de cohabitation avec le COVID-19 et d’une campagne de vaccination robuste, selon un article paru sur le site Internet du Fonds monétaire international (FMI).

Des politiques de soutien telles que des taux d’intérêt bas, une forte croissance du crédit et le programme gouvernemental de redressement et de développement socio-économiques se sont accompagnées d’une forte production manufacturière et d’une reprise de l’activité de vente au détail et du tourisme, selon l’article.

Le FMI a récemment relevé sa prévision de croissance du Vietnam à 7 % cette année, soit un point de pourcentage de plus que trois mois plus tôt et sa seule révision à la hausse significative parmi les principales économies asiatiques.

Le fonds a abaissé la projection pour l’année prochaine de 0,5 point de pourcentage à 6,7%, mais cela contraste toujours avec les perspectives sombres ailleurs et serait le rythme le plus rapide parmi les principales économies asiatiques.

En revanche, les estimations de croissance pour l’Asie ont été abaissées à 4,2% et à 4,6% respectivement pour cette année et la prochaine dans la dernière mise à jour des perspectives de l’économie mondiale du FMI.

Les pressions inflationnistes au Vietnam se sont principalement limitées à certains biens comme les carburants et les services connexes comme les transports. Les consommateurs sont largement protégés de la flambée mondiale des prix alimentaires en raison de l’abondance de l’offre intérieure, de la baisse des prix du porc par rapport à leur pic en 2021 et d’une préférence pour le riz, qui reste moins cher que d’autres céréales comme le blé. En outre, les hausses de prix des services, comme la santé et l’éducation, ont également été très modérées.

Les prix à la consommation au cours des sept premiers mois de l’année ont augmenté, mais restent inférieurs à l’objectif de 4% de la Banque d’Etat du Vietnam pour l’année. La reprise tardive de l’économie l’an dernier a maintenu l’inflation sous-jacente, qui élimine la volatilité des prix des aliments et de l’énergie, inférieure à celle des économies dans la région.

L’inflation pourrait cependant s’accélérer avec le retour à plein régime de l’activité économique. Des coûts plus élevés pour les transports et les produits essentiels tels que les engrais et les aliments pour animaux pourraient également faire augmenter les prix d’une gamme plus large de biens et de services, accentuant les pressions inflationnistes.

Le 1er semestre de l'année a vu un rebond économique rapide au Vietnam.
Photo VNA/CVN

Le redressement de l’économie vietnamienne est également confronté aux vents contraires du ralentissement de la croissance mondiale par rapport à 6,1% l’an dernier.

Les Perspectives de l’économie mondiale du FMI ont abaissé les estimations à 3,2% cette année et à 2,9% l’année prochaine dans le contexte du conflit russo-ukrainien et du ralentissement en Chine et dans les principales économies avancées.

Un tel ralentissement implique une demande réduite pour les exportations du Vietnam, en particulier de la part de partenaires commerciaux clés comme les États-Unis, la Chine et l’Union européenne.

De plus, les conditions financières se resserrent alors que les taux d’intérêt aux États-Unis et dans d’autres économies avancées augmentent pour freiner l’inflation. Cela augmente à son tour les coûts de financement et peut entraîner des sorties de capitaux.

Enfin, une plus grande incertitude concernant le commerce mondial et les marchés financiers pourrait peser sur la relance, en particulier si certaines industries perdaient l’accès aux biens intermédiaires nécessaires en raison de nouvelles perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Cela pourrait réduire les investissements étrangers au Vietnam, ralentir la production et la croissance technologique.

Ensemble, ces facteurs signifient que les décideurs politiques doivent être agiles et apporter des changements en temps opportun. La politique budgétaire devrait jouer un rôle moteur dans le soutien au redressement, tout en s’adaptant avec souplesse à l’évolution des conditions économiques.

La banque centrale devrait se concentrer sur la montée des risques inflationnistes et faire savoir qu’elle est prête à agir au besoin et reste déterminée à atteindre son objectif d’inflation, selon l’article.

Les autorités devraient également continuer à traiter les créances douteuses dans le système bancaire et à surveiller de près les risques potentiels sur le marché de l’immobilier afin de préserver la stabilité financière.

Relever les défis liés au travail, à la couverture du filet de sécurité sociale et aux risques liés au climat libérera davantage le potentiel de croissance considérable du Vietnam et continuera d’avancer sur la voie du développement durable vers un statut de pays à revenu élevé, selon l’article.

VNA/CVN