26/01/2022 20:00
Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé les prévisions de croissance économique de l'Indonésie pour 2022 à 5,6% en 2022, contre 5,9% dans son rapport d'octobre, en raison de la propagation du variant Omicron et du ralentissement de la croissance économique mondiale.
>>L'excédent commercial de l'Indonésie en 2021 au plus haut depuis 15 ans
>>L'Indonésie va réduire l'impôt sur la propriété et les ventes de voitures
>>L'Indonésie prête à retenir les exportations de produits aquatiques

Un coin de Jakarta en Indonésie. 
Photo : AFP/CVN

"La balance des risques pesant sur les perspectives s'améliore, mais reste orientée à la baisse", a déclaré le sous-directrice du Département hémisphère occidental du FMI, Cheng Hoon Lim.

Elle a ajouté que l'émergence de variants plus agressifs du COVID-19 pourrait exercer une pression supplémentaire sur le système de santé et entraîner de nouvelles restrictions de mobilité, et les risques de retombées du resserrement des conditions financières mondiales ont augmenté.

Pendant ce temps, la poussée des prix mondiaux des matières premières pourrait durer plus longtemps que prévu, tandis que les réformes structurelles récentes et futures pourraient réduire l'ampleur des cicatrices économiques en Indonésie, a-t-elle déclaré.

Selon elle, avec la reprise en cours, la restauration progressive des principes centraux des cadres de politique macroéconomique pré-pandémique renforcera les solides antécédents politiques de l'Indonésie.

Cependant, l'équipe du FMI a noté que si de graves risques à la baisse - tels qu'une reprise plus lente ou une résurgence rapide des infections au COVID-19 et des mesures de confinement connexes - devaient se matérialiser, un soutien à la pandémie de plus longue durée pourrait devenir nécessaire, a déclaré Cheng Hoon Lim.

VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires prennent leur destin en main

Le Vietnam délie les nœuds pour relancer son tourisme Le Vietnam a abandonné mi-mai les exigences de test COVID-19 pour les visiteurs entrant dans le pays, une décision qui devrait stimuler la reprise de l’industrie touristique du pays.