21/11/2021 15:54
Après plus de 40 ans à exercer le métier de doreur, Lê Ba Chung est une des personnes qui ont contribué le plus à la restauration et au développement de ce métier dans le village de Kiêu Ky (district de Gia Lâm, en banlieue de Hanoï), apportant des emplois à de nombreux travailleurs ruraux.

>>La dorure, métier ancestral de Kiêu Ky, à l’honneur
>>Kiêu Ky, le village des feuilles d’or et d’argent
 

L’artisan Lê Ba Chung au travail.
Photo : Van Trà/CVN

À une vingtaine de kilomètres du centre-ville de Hanoï se trouve Kiêu Ky, un ancien village du delta du fleuve Rouge renommé depuis des décennies pour la fabrication de feuilles d’or et d’argent. Il s’agit du seul village au Vietnam à encore perpétuer ce métier traditionnel. 

"Le métier de doreur est propre au village de Kiêu Ky. Après la démobilisation, j’ai souhaité restaurer ce métier ancestral. Je suis de la 3e génération à le perpétuer. Je l'ai transmis à mes enfants en tant que 4e génération. J'aime ce métier depuis mon enfance", dit l’artisan Lê Ba Chung.

La fabrication de feuilles d’or et d’argent doit respecter de nombreuses étapes, toutes marquées par des opérations minutieuses. Au total, une quarantaine sont requises pour obtenir des feuilles bien plus minces que celles du riz. Et la plupart sont faites à la main.

"Dans la fabrication des feuilles d’or et d’argent, chaque étape est importante. Le martelage des bandes d’or ou d’argent d’une extrême minceur est l'étape à laquelle les travailleurs doivent prêter le plus d'attention. Sinon, le produit risque d’être endommagé. Parce que la valeur des feuilles d’or est élevée, les artisans consacrent beaucoup d’efforts et de temps afin d’obtenir des résultats optimaux, partage-t-il. La dernière étape qui consiste à dégager la feuille d’or ou d’argent de son support, est aussi importante. Ceux qui sont habiles et n'ont pas les mains moites peuvent devenir doreur".

Les précieuses lamelles servent ensuite à orner des sentences parallèles, des panneaux transversaux, des statues dans les pagodes, les mausolées, les temples, les palais… Les produits de Kiêu Ky étant étroitement liés à la vie spirituelle des Vietnamiens, et ce depuis des siècles. Ces feuilles d’or et d’argent renforcent la solennité des lieux de culte. Elles montrent également l’immense respect des Vietnamiens pour leurs divinités et leurs ancêtres.
 

La fabrication de feuilles d’or et d’argent respecte de nombreuses étapes, toutes marquées par des opérations minutieuses. Photo : Van Trà/CVN


Près de 40 ans dans le métier

Le bruit des marteaux est de nos jours omniprésent dans le village de Kiêu Ky. Mais peu de gens savent qu'il y a près de 15 ans, le village était silencieux. Le tournant ne date en effet que de 2003, lorsque Lê Bá Chung décida de relancer ce métier.

"Je produis des feuilles d’or et d’argent depuis des décennies. Les premières années, les produits de Kiêu Ky n’étaient vendus que dans quelques endroits du pays. Actuellement, ils sont présents dans bien des ouvrages du Nord au Sud, d’espaces intérieurs privés aux plus grands vestiges historiques et culturels", confie l’artisan.

Chung a encouragé les villageois à établir des coopératives de production. L’artisan a aussi collaboré avec le Centre d’encouragement industriel et de conseil au développement industriel (relevant du Service de l’industrie et du commerce de Hanoï) pour ouvrir cinq cours de formation professionnelle. Désormais, on compte à Kiêu Ky une coopérative de feuilles d’or et d’argent, 13 groupes de production, 60 foyers producteurs avec un total de plus de 500 employés payés de 5 à 7 millions de dôngs par mois.
 

Les produits de Kiêu Ky sont présents dans de nombreux ouvrages du Nord au Sud. Photo : Quê Anh/CVN


"J'ai eu la chance d'être né dans le village de métier de Kiêu Ky. J'ai appris le métier auprès des maîtres artisans, dont Lê Ba Chung. Maintenant, je veux poursuivre ce métier traditionnel et rendre mes produits de plus en plus sophistiqués", fait savoir Hoàng Bao Lôc, fabricant des feuilles d’or et d’argent.

"Je souhaite que notre village se développe durablement. J’apprends aux apprentis à exceller dans leur travail et être honnête. L’honnêteté est l’une des raisons pour lesquelles les clients se souviennent du village de Kiêu Ky. Faire du bon travail avec un bon cœur rendra le métier durable", conclut Lê Ba Chung.

Avec ses nombreuses contributions à la préservation et à la promotion du métier de doreur à Kiêu Ky, Lê Bá Chung s’est vu décerner en 2004 le titre d’"Artisan de Hanoï" par le Comité populaire municipal. En 2016, il a reçu le titre d'Artisan Émérite. En 2017, il a été honoré en tant que "Citoyen d’élite de la capitale".

Quê Anh/CVN




 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Au revoir Diego Chula, un artiste talentueux et un amoureux du Vietnam

Coopérer pour promouvoir la transformation numérique dans le tourisme Le Centre de promotion du tourisme de Dà Nang et la Sarl Klook Travel Vietnam ont signé le 21 janvier un accord pour renforcer la coopération et accélérer la communication pour promouvoir le tourisme local.