27/07/2021 12:14
Le milliardaire Jeff Bezos, propriétaire de la société spatiale Blue Origin, a proposé lundi 26 juillet à l'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace (NASA) une réduction de 2 milliards d’USD pour laisser son entreprise construire un système d'alunissage.
>>Jeff Bezos ajoute une nouvelle adresse à son empire : l'espace
>>À bord de sa fusée, Jeff Bezos va s'envoler à son tour vers l'espace
>>Jeff Bezos s'envole mardi 20 juillet dans sa fusée, nouveau pas pour le tourisme spatial

L'atterrisseur lunaire Blue Moon à Washington. Photo : AFP/VNA/CVN

Le contrat de l'agence spatiale américaine pour un système d'atterrissage habité, d'une valeur de 2,9 milliards d’USD, a été attribué à son rival SpaceX en avril mais Blue Origin et une troisième société, Dynetics, ont déposé des plaintes qui sont en attente d'une décision du bureau des comptes du gouvernement américain.

Les États-Unis cherchent à retourner sur la Lune d'ici 2024 dans le cadre du programme Artemis, pour ensuite en utiliser les enseignements pour préparer une mission habitée vers Mars dans les années 2030.

Dans une lettre ouverte à la NASA, lundi 26 juillet, Jeff Bezos a estimé que son offre permettrait de "combler le déficit de financement" qui a conduit l'agence spatiale américaine à ne choisir qu'une seule entreprise au lieu de deux, qui seraient alors en concurrence.

Depuis son échec lors de l'appel d'offre de la NASA, Blue Origin a conduit un lobbying frénétique pour faire annuler la décision, ce qui a conduit le Sénat américain à adopter un projet de loi acceptant d'allouer 10 milliards d’USD au système d'atterrissage habité.

Mais le texte est toujours débattu à la Chambre des représentants et a été qualifié de "renflouement pour Bezos" par ses détracteurs.

Selon Jeff Bezos, l'un des avantages du système d'alunissage Blue Moon, construit par son entreprise, est l'utilisation comme carburant d'hydrogène liquide, qui peut être extrait de la glace lunaire, conformément aux projets de la NASA d'utiliser la Lune pour ravitailler les fusées lors d'opérations plus loin dans le système solaire.

Il a ajouté que l'entreprise testerait son atterrisseur en orbite autour de la Terre à ses propres frais.

"Nous sommes prêts à aider la NASA à modérer ses risques techniques, à résoudre ses contraintes budgétaires et à remettre le programme Artemis sur une voie plus compétitive, crédible et durable", a conclu Jeff Bezos.

Il n'est pas certain que son intervention de dernière minute fasse basculer le résultat de l'attribution.

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quang Ninh et Phuket discutent de la reprise du tourisme post-pandémique Une téléconférence s'est tenue le 22 septembre pour discuter de la coopération post-pandémique entre la province vietnamienne de Quang Ninh (Nord) et la ville thaïlandaise de Phuket, en particulier dans la réouverture des marchés touristiques.